Cet article date de plus de quatre ans.

Affaire Théo : six interpellations à Nantes après des manifestations

En réaction à l'interpellation violente du jeune Théo, à Aulnay-sous-Bois, 300 à 400 personnes ont manifesté à Nantes, dans la soirée de mercredi, pour dénoncer "les violences policières". Après quelques débordements, six personnes ont été interpellées.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manifestaion dans le centre ville de Nantes, en réaction à l'interpellation violente du jeune Théo par des policiers à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, le 8 février 2017. (MAXPPP)

Suite à l'interpellation violente du jeune Théo par des policiers, à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, entre 300 et 400 personnes ont manifesté, dans la soirée du mercredi 8 février, à Nantes, pour dénoncer "les violences policières", rapporte France Bleu Loire-Océan.

Slogans anti-flics

Rassemblés vers 18h, les manifestants ont défilé, munis de banderoles "anti-flics", en criant des slogans tels que "Flics, violeurs, assassins". Un jet de projectile est parti du cortège en direction des policiers, présents pour encadrer les manifestants. Les forces de l'ordre ont répliqué par deux tirs de gaz lacrymogène pour disperser la foule. À la suite de ce rassemblement, six personnes ont été interpellées, selon la préfecture de Loire-Atlantique.

Manifestation à Rennes

A Rennes, une autre manifestation a rassemblé près de 200 personnes. Avec, là aussi, plusieurs slogans contre la police. Plusieurs manifestants étaient munis de pierres et de barres de fer, mais pas d'affrontements directs avec les forces de l'ordre ni d'interpellations, indique France Bleu Armorique. Un autre rassemblement est prévu ce jeudi soir dans la capitale bretonne à 20h.

En région parisienne, la nuit a été plus calme que les précédentes. Quelques départs de feu ont néanmoins été recensés à Drancy, Villepinte, Clichy-sous-Bois et au Blanc-Mesnil. Ils ont rapidement été maîtrisés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Théo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.