Terrorisme : l'avocat de proches de victimes de Mohamed Merah menace Jean-Luc Mélenchon d'une plainte "s'il ne retire pas ses propos ce lundi"

Patrick Klugman regrette sur franceinfo de voir "un leader politique souscrire à des thèses complotistes dont on sait qu'elles font des ravages". Il est l'avocat de Samuel Sandler, qui a perdu son fils et ses deux petits-fils en 2012, tués par Mohamed Merah.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'avocat Patrick Klugman, en septembre 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

L'avocat Patrick Klugman affirme qu'il saisira la justice si Jean-Luc Mélenchon ne retire pas les propos qu'il a tenus dimanche 6 juin sur le plateau de "Questions politiques". Le chef de file de La France insoumise a notamment lancé : "Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Ça a été Merah en 2012, l'attentat la dernière semaine sur les Champs Elysées [en 2017] (...) Tout ça, c'est écrit d'avance."

>> Jean-Luc Mélenchon "a perdu tout sens des réalités", dénonce le père d'une victime de Mohamed Merah, Abert Chennouf-Meyer

Le client de Me Patrick Klugman, Samuel Sandler, a perdu son fils et ses deux petits-fils en 2012, abattus par le terroriste Mohamed Merah devant l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse. Pour Patrick Klugman, les propos du leader de La France insoumise sont "d'une extraordinaire gravité, par leur portée et par leur auteur. Si Jean-Luc Mélenchon ne les retire pas, nous ferons une dénonciation au parquet du fait de diffusion de fausses nouvelles, parce que nous rentrons dans ce cadre législatif. Et j'espère que le ministère public sera assez diligent pour que, le cas échéant, Jean-Luc Mélenchon réponde de ses paroles devant une juridiction".

Des propos "insupportables"

"On ne peut pas qualifier ainsi un attentat, poursuit Patrick Klugman. On ne peut pas laisser ces paroles en l'état de la part d'un responsable politique de premier ordre. Je crois qu'il est presque déjà trop tard. Si, [ce] lundi, Jean-Luc Mélenchon n'a pas retiré ses propos, nous en tirerons toutes les conséquences."

L'avocat se désole de voir "un leader politique souscrire à des thèses complotistes dont on sait qu'elles font un ravage parmi la jeunesse, dans des consciences déjà abîmées."

"Si on laisse ces propos sans réponse, on laisse un attentat passer pour autre chose, c'est-à-dire une décision qui aurait été calculée. On laisserait presque passer Mohamed Merah pour un agent de l'État !"

Patrick Klugman

à franceinfo

Selon Patrick Klugman, son client, Samuel Sandler, a "extrêmement mal réagi. Il a qualifié les propos de Jean-Luc Mélenchon comme étant d'une violence inouïe, qui banalisent et nient presque ce qui est arrivé à sa famille, ce qu'ont été les assassinats perpétrés par Mohamed Merah et le combat judiciaire que M. Sandler a mené pour les faire reconnaître. Oui, ces propos sont insupportables."

Le 11 mars 2012, à Toulouse, Mohamed Merah a tué au nom du jihad un parachutiste, Imad Ibn Ziaten, d'une balle dans la tête. Le 15, il a tué en pleine rue deux autres parachutistes, Mohamed Legouad et Abel Chennouf, devant leur caserne à Montauban. Quatre jours plus tard, il a attaqué une école juive, tuant trois enfants et un enseignant. Il a été tué le 22 mars par les policiers du Raid.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Merah

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.