La justice britannique autorise formellement l'extradition de Julian Assange

Un tribunal londonien a rendu une ordonnance d'extradition à l'encontre du fondateur de WikiLeaks. L'Australien, poursuivi par la justice américaine pour la diffusion de documents classifiés, peut encore faire appel devant la Haute Cour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, à Londres (Royaume-Uni), le 19 mai 2017. (JUSTIN TALLIS / AFP)

Les espoirs s'amenuisent pour le fondateur de WikiLeaks. La justice britannique a formellement autorisé l'extradition de Julian Assange, mercredi 20 avril. Un tribunal londonien a officiellement rendu une ordonnance d'extradition à l'encontre de l'Australien de 50 ans. Il est poursuivi par la justice des Etats-Unis pour la diffusion, à partir de 2010, de plus de 700 000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan. Il risque 175 ans de prison, ce que ses soutiens dénoncent comme une attaque gravissime contre la liberté de la presse.

La ministre de l'Intérieur britannique doit encore approuver cette ordonnance et les avocats de la défense peuvent encore faire appel devant la Haute Cour. A l'extérieur du tribunal, quelques dizaines de soutiens de Julian Assange s'étaient rassemblés mercredi, dont l'ancien chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn. "Il n'a absolument rien fait de plus que de dire la vérité au monde", a-t-il déclaré. 

En janvier 2021, la justice britannique avait d'abord refusé l'extradition de Julian Assange, invoquant un risque de suicide. La Haute Cour avait annulé cette décision en décembre, estimant que les Etats-Unis avaient fourni des assurances répondant aux inquiétudes de la juge et un autre appel de la défense a été annulé en mars.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Julian Assange

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.