Refus d'extradition de Julian Assange annulé par la justice britannique : "C'est une grande déception", réagit son avocat français

La décision de la Haute-Cour de Londres d'annuler le refus d'extradition de Julian Assange est "l'occasion de pousser un cri d'alerte sur sa situation", a déclaré ce vendredi sur franceinfo Antoine Vey, l'avocat français du fondateur de Wikileaks. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Manifestation de soutien à Julian Assange devant le tribunal de Londres, le 7 septembre 2020. (RICHARD PLACE / FRANCEINFO)

"C'est une grande déception, mais aussi l'occasion, toujours, de pousser un cri d'alerte sur sa situation", a réagi Antoine Vey, avocat français de Julian Assange, ce vendredi 10 décembre sur franceinfo. En dépit de son état "psychologique très alertant", selon l'avocat, la Haute-Cour de Londres a annulé le refus d'extrader le fondateur de WikiLeaks, revenant sur la décision prise en première instance. Selon les juges, Washington a fourni des assurances sur le traitement du lanceur d'alerte.

franceinfo : La décision du jour, ce n'est pas de décider de l'extradition de Julian Assange, mais bien de la rendre à nouveau possible ?

Antoine Vey : Aujourd'hui, on s'est levé avec l'espoir que la justice britannique mette un terme au calvaire que subit Julian Assange depuis près de 11 ans. Malheureusement, sans vouloir entrer ici dans les arguties juridiques, le juge d'appel britannique a fait droit à un argument américain qui consiste à présenter des garanties en cas de renvoi de Julian Assange dans leur système. Ça ne peut nous satisfaire, étant précisé que le juge britannique reconnaît tout de même que son état de santé aujourd'hui ne lui permet pas de faire face à la procédure. On est face à quelqu'un qui souffre et qui se retrouve encore dans des labyrinthes juridiques dont on ne connaîtra pas encore la fin.

Selon vous, Julian Assange est-il victime d'acharnement ?

Il est poursuivi pour avoir divulgué des informations et quand je l'ai vu à la prison de Londres, il nous a dit de continuer à nous battre par tous les moyens juridiques possibles. Donc, cela va durer encore longtemps. Mais il ne faut pas perdre de vue que c'est essentiellement un procès politique dans lequel il est traité comme un terroriste ou comme un ennemi dans un conflit armé, ce qu'il n'est absolument pas. C'est un homme de paix et c'est un homme qui a juste diffusé des informations vraies.

Quel est son état de santé ?

Je l'ai vu il y a environ quatre semaines et je n'ai, dans ma vie, jamais vu un détenu aussi faible, aussi désireux de pouvoir nouer des contacts. Il est même véritablement coupé du monde, avec très peu de liens avec l'extérieur. Certes, il a le lien familial de son épouse, qui fait beaucoup pour lui, mais aujourd'hui c'est un homme qui souffre énormément et son état psychologique est très alertant. Donc, on en appelle à tous les dirigeants, à toutes les mobilisations possibles de l'opinion publique, pour dire que sa remise en liberté est possible. Elle est possible, indépendamment de la question de l'extradition. Aujourd'hui, la justice britannique pourrait très bien le placer sous contrôle judiciaire pour lui sauver la vie. C'est évidemment une grande déception, mais aussi l'occasion, toujours, de pousser un cri d'alerte sur sa situation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Julian Assange

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.