Affaire Kulik : Willy Bardon a tenté de mettre fin à ses jours

Willy Bardon a été condamné vendredi 6 décembre à trente ans de réclusion pour le viol d'Elodie Kulik. Juste après l'énoncé du verdict, il a sorti de sa poche un produit toxique qu'il a avalé. Il est à l'hôpital.

FRANCE 2

Évacué sur une civière, Willy Bardon quitte en urgence la cour d'assises d'Amiens (Somme), vendredi 6 décembre : il vient de tenter de se suicider. Tout s'est passé quelques instants plus tôt lors de l'énoncé du verdict. Dans le box des accusés, l'homme de 45 ans qui comparaît libre, avale soudainement une gélule. D'après le procureur de la République d'Amiens Alexandre de Bosschère, il s'agit d'un pesticide interdit à la commercialisation sauf pour quelques usages très précis et qui est un poison pour les animaux comme pour les humains.

Soulagement pour la famille Kulik

Le 11 janvier 2002, le corps d'Elodie Kulik est retrouvé dans un champ. La jeune femme de 24 ans a été violée et étranglée. Avant de mourir, elle a appelé les secours. L'enregistrement de 26 secondes permet d'entendre deux voix d'hommes. Cinq témoins identifieront celle de Willy Bardon. Pour le père d'Elodie Kulik, la condamnation est un soulagement : "Justice est rendue à Élodie", a déclaré Jacky Kulik. Willy Bardon a toujours clamé son innocence. Ses avocats n'ont pas d'explication pour son geste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Caché sous une couverture, Willy Bardon, entouré de gendarmes devant le palais de justice d\'Amiens (Somme), le 18 janvier 2013.
Caché sous une couverture, Willy Bardon, entouré de gendarmes devant le palais de justice d'Amiens (Somme), le 18 janvier 2013. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)