Cet article date de plus d'un an.

Violences urbaines : la préfecture de police de Paris prolonge jusqu'à lundi l'autorisation de l'usage de drones dans plusieurs communes par les forces de l'ordre, notamment à l'Haÿ-les-Roses

Pour justifier cette prolongation, la préfecture de police de Paris invoque "les affrontements avec les forces de l’ordre et les violences urbaines" qui se sont déroulés entre la fin du mois de juin et le début du mois de juillet.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un drone utilisé par la police pour surveiller la fête de la musique. Photo d'illustration. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

La préfecture de police de Paris prolonge l'autorisation de l'usage de drones par les forces de l'ordre dans plusieurs communes d'Ile-de-France, notamment à l'Haÿ-les-Roses, à partir du samedi 15 juillet au soir jusqu'à lundi matin afin de "prévenir les troubles graves à l'ordre public", selon un nouvel arrêté préfectoral publié sur son site internet. 

Un précédent arrêté pris le lundi 10 juillet courrait jusqu'à samedi midi pour autoriser la mesure à Paris, dans toutes les communes de Seine-Saint-Denis et dans certaines des Hauts-de-Seine. Un autre arrêté pris le 13 juillet autorisait également la mesure dans la commune de l'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), où le domicile du maire avait été attaqué à la voiture bélier en feu dans la nuit du 1er au 2 juillet.

La préfecture invoque "les violences urbaines"

Le nouvel arrêté autorise l'usage de drones par les forces de l'ordre à Paris, dans les communes d'Asnières-sur-Seine, Montrouge, Meudon-la-forêt, Nanterre, Villeneuve-La-Garenne dans le département des Hauts-de Seine, dans la commune de l’Haÿ-les-Roses dans le département du Val-de-Marne et dans toutes les communes du département de Seine-Saint-Denis. Pour justifier cet arrêté, la préfecture de police de Paris invoque "les affrontements avec les forces de l’ordre et les violences urbaines" qui se sont déroulés entre la fin du mois de juin et le début du mois de juillet. 

Selon l'arrêté préfectoral, ce sont trois drones qui pourront être utilisés entre samedi soir à 19 heures et lundi matin à 6 heures du matin. "Le recours à ces caméras a pour objectif de prévenir les troubles graves à l'ordre public en permettant de détecter les mouvements de jeunes munis d'armes", ajoute la préfecture de police de Paris, qui estime par ailleurs que ces drones "permettront de disposer d'une vision en grand-angle [...] tout en limitant l'engagement des forces au sol".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.