Emeutes après la mort de Nahel : un mois après, certaines communes d'Île-de-France toujours en manque de poubelles

C'est une conséquence inattendue des émeutes ayant suivi la mort de Nahel : la pénurie de poubelles dans certaines communes de France, après que des centaines ont été brûlées.
Article rédigé par franceinfo - Guillaume Farriol
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les poubelles débordent à Rennes. (CELINE GUETAZ / FRANCE BLEU ARMORIQUE / RADIO FRANCE)

Dans le quartier de Karine à Corbeil-Essonnes (Essonne), les habituelles rangées de poubelles communales ont disparu. Lors des émeutes ayant suivi la mort de Nahel, 150 d'entre elles ont été brûlées. Sur le bitume, seules des marques noires laissent encore deviner leur existence. "Vous les voyez les traces, là, sur la route : le goudron a fondu", constate la riveraine.

Voilà plus d'un mois que Corbeil-Essonnes est privée de poubelles. Conséquence : un peu plus loin dans le quartier, les ordures s'entassent à même le sol. Jusqu'à créer de véritables tas de déchets, comme devant l'immeuble de Diane. "Il y a des gens qui n'ont pas le choix, se justifie-t-elle, on ne peut pas garder les poubelles à la maison !"  Face à la situation, des habitants commencent à perdre patience. "On nous augmente toutes nos taxes et derrière on obtient des déchets comme ça, un petit peu partout, s'agace une autre Corbeil-Essonnoise. Avec les rats qui vont avec !"

La municipalité débordée

"D'un seul coup, autant de poubelles brûlées..." De son côté, Bruno Piriou, maire de la commune, a encore du mal à réaliser : "Je vous avoue que je fais partie de ces maires qui n'avaient pas imaginé ces conséquences". L'élu demande encore un peu de patience à ses administrés. 

"On est en période de rupture de stock, y compris parce que les entreprises qui nous fournissent les containers sont fermées au mois d'août."

Bruno Piriou, maire de Corbeil-Essonnes

à franceinfo

Plusieurs semaines seront encore nécessaires pour remplacer l'intégralité des 150 poubelles brûlées à Corbeil-Essonnes, selon le maire. Les communes voisines de Grigny, Évry ou encore Ris-Orangis sont elles aussi confrontées à cette pénurie. À l'échelle de la communauté d'agglomération Grand Sud Paris, un millier de containers ont été détruits lors des émeutes.

>> Violences après la mort de Nahel : l’heure est à la reconstruction

REPORTAGE. Un mois après les émeutes, des communes toujours sans poubelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.