Interdiction de la marche à Paris pour Adama Traoré : la LDH dénonce une "atteinte grave à la liberté de manifester"

"Le préfet de police de Paris dispose de forces de l'ordre suffisantes au cas où il craindrait des troubles à l'ordre public", juge le président de la Ligue des Droits de l'Homme, Patrick Baudouin.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
  (VALERIE DUBOIS / HANS LUCAS)

"C'est une atteinte grave à la liberté de manifester", dénonce samedi 8 juillet sur franceinfo Patrick Baudouin, président de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH). Le préfet de police de Paris a interdit le rassemblement dédié à Adama Traoré prévu place de la République ce samedi après-midi, après l'interdiction jeudi soir par le préfet du Val d'Oise d'une marche en mémoire du jeune homme initialement prévue dans ce département.

>> DIRECT. Mort de Nahel : plusieurs marches de "deuil et colère" contre les violences policières organisées en France

La sœur d'Adama, Assa Traoré, avait indiqué qu'elle manifesterait ce samedi à 15 heures, place de la République, après l'interdiction de la marche prévue à Persan et à Beaumont-sur-Oise. "Cette marche a lieu chaque année, c'est une marche de deuil, familiale, assure Patrick Baudouin. L'annulation de ce rassemblement constitue une véritable provocation."

"La seule réponse apportée par le pouvoir à la suite du meurtre du jeune Nahel est une réponse autoritaire"

"On nous dit qu'il y avait des risques de débordement, je pense qu'ils n'existaient pas", dit le président de la LDH. "La seule réponse apportée par le pouvoir à la suite du meurtre du jeune Nahel est une réponse autoritaire, d'ordre, une réponse répressive. Le risque d'affrontements est bien plus important du fait que l'on interdise ces rassemblements. Inévitablement, cela va susciter de la colère".

Même si Patrick Baudouin reconnaît qu'une manifestation place de la République "peut être plus dangereuse qu'à Beaumont-sur-Oise", il estime que "le préfet de police de Paris dispose de forces de l'ordre suffisantes au cas où il craindrait des troubles à l'ordre public". La LDH "appelle au calme", dit Patrick Baudouin, pour éviter la reprise des violences.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.