Déraillement d'un TGV dans le Bas-Rhin : la vitesse mise en cause

La SNCF a reçu les familles des victimes du déraillement du TGV d'Eckwersheim (Bas-Rhin).

France 3

Pour la première fois, les familles des victimes du déraillement du TGV d'Eckwersheim (Bas-Rhin) se sont réunies samedi 5 mars. C'est l'accident ferroviaire le plus grave de ces 25 dernières années en France. Survenu le 14 novembre dernier dans un pays traumatisé par les attentats de Paris, le déraillement d'une rame d'essai avait fait 11 morts et 42 blessés près de Strasbourg (Bas-Rhin).

Erreur humaine

De nombreuses questions subsistent concernant une éventuelle erreur humaine, mais au moment de l'accident, la vitesse aurait dû être de 176km/h. Elle a pourtant atteint 243km/h. Samedi 5 mars, les familles de victimes ont été reçues à Paris par la SNCF pour faire le point sur l'enquête. Une situation compliquée notamment pour les proches de cheminots disparus dans l'accident. Les enquêteurs ont acquis la conviction que ce train a freiné un kilomètre trop tard et que le déraillement n'est pas dû à une erreur technique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les secours sur la carcasse du TGV d\'essai accidenté, le 15 novembre 2015, dans le canal d\'Eckwersheim (Bas-Rhin).
Les secours sur la carcasse du TGV d'essai accidenté, le 15 novembre 2015, dans le canal d'Eckwersheim (Bas-Rhin). (FREDERICK FLORIN / AFP)