Crash dans les Alpes : la deuxième boîte noire confirme une action volontaire du copilote

La seconde boîte de l'Airbus A320 a été retrouvée jeudi, autour du point d'impact de l'A320 de Germanwings.

Une photo de la seconde boîte noire de l\'A320 de Germanwings qui s\'est écrasé dans les Alpes, présentée jeudi 2 avril 2015, à Marseille (Bouches-du-Rhône). 
Une photo de la seconde boîte noire de l'A320 de Germanwings qui s'est écrasé dans les Alpes, présentée jeudi 2 avril 2015, à Marseille (Bouches-du-Rhône).  (BORIS HORVAT / AFP)

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a pu étudier les informations contenues dans la seconde boîte noire, retrouvée jeudi 2 avril, sur les lieux du crash de l'A320 de Germanwings. Il indique vendredi que les données confirment une action volontaire du copilote. 

La seconde boîte contient les principaux paramètres techniques de l'avion. "Une première lecture fait apparaître que le pilote présent dans le cockpit a utilisé le pilote automatique pour engager l'avion en descente vers une altitude de 100 ft [environ 30 mètres], puis, à plusieurs reprises au cours de la descente, le pilote a modifié le réglage du pilote automatique pour augmenter la vitesse de l'avion en descente", a précisé le BEA.

Deux jours après l'accident de l'A320 dans les Alpes-de-Haute-Provence, les enregistrements issus de la première boîte noire avaient révélé que seul le copilote était présent dans le cockpit au moment du crash, tandis que le commandant de bord était a priori coincé à l'extérieur.