Cet article date de plus de sept ans.

Crash d'un A320 : les hypothèses

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Après le crash d'un A320 ce mardi 24 mars dans les Alpes-de-Haute-Provence, l'ancien commandant de bord Gérard Arnoux est l'invité de France 3.

Il n'y aurait pas de survivant dans le crash de l'A320 ce mardi 24 mars dans les Alpes-de-Haute-Provence. 150 personnes étaient à bord de l'appareil qui effectuait la liaison entre Düsseldorf et Barcelone. A cette heure, les raisons du crash restent floues. L'équipage n'a pas lancé d'appel lors de la chute de l'avion, qui a duré plus de huit minutes.

"On a l'impression d'une descente presque volontaire"

"C'est normal, les procédures d'urgence nous disent de maîtriser la trajectoire de l'avion en première intention, en deuxième intention de traiter la panne (…) et en numéro trois de passer un message de détresse. Or la trajectoire de l'avion n'a pas pu être maîtrisée", explique Gérard Arnoux, ancien commandant de bord, invité sur le plateau de Soir 3.

"On a l'impression d'une descente presque volontaire puisque l'avion poursuit sa trajectoire dans la même direction", ajoute l'ancien commandant de bord.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.