Europe : les "visas en or", l'investissement contre une carte de séjour

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 22/05/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

L'Europe, c'est aussi des batailles économiques. Le dispositif des "visas en or" propose à des étrangers d'investir en échange de cartes de résident ou de séjour. En la matière, chaque état a sa règle.

Voici la nouvelle porte d'entrée des riches étrangers en Europe: la Riviera portugaise. Quelques kilomètres de côtes ensoleillées à l'ouest de Lisbonne. Un paradis que ce Chinois fortuné de 26 ans s'est offert.

Regardez comme le ciel est bleu, la mer est claire, on ne voit pas ça en Chine.

lnvestir au Portugal pour obtenir un visa européen, voilà ce qu'il est venu faire ici. C'est le Golden Visa, le visa en or. Le principe : une carte de séjour donnée par le Portugal en échange d'un investissement immobilier de 500.000 euros minimum. Lui vient d'une famille qui a fait fortune dans le commerce du thé en Chine. Sans hésiter, il a acheté deux appartements à Lisbonne et une maison à 700.000 euros sur la côte.

Il y a un grand salon, une cheminée et une piscine privée.

En un mois seulement, le Portugal lui a délivré sa précieuse carte de séjour valable dans toute l'Europe.

Voici le Golden visa.

Les contreparties sont minimes: ne pas revendre son bien et être sept jours par an au Portugal. Trois fois rien à côté de l'immense avantage de pouvoir voyager quand il veut dans l'Union européenne.

Avant, quand je devais aller en Europe, je devais faire cette demande administrative et en Chine, c'est très compliqué. Avec ce nouveau visa, je peux rentrer et sortir d'Europe comme je veux. C'est très bon pour mes affaires et pour ma famille.

Il n'est pas le seul à avoir flairé la bonne affaire. Dans la même rue, cette famille chinoise va aussi acheter une maison. Le marché des visas en or explose, une aubaine pour l'immobilier et le BTP.

CeIIe-là est déjà vendue à des Chinois, elle sera finie bientôt. Juste en bas, nous commençons la construction de deux autres maisons.

En un an, 500 étrangers se sont offert le soleil du Portugal et surtout le fameux visa en or. De quoi rapporter plus de 200 millions d'euros dans les caisses de l'Etat. Autant dire qu'avec de telles sommes, les pays européens se livrent un bataille acharnée pour tenter d'attirer ces investisseurs. Un riche étranger qui veut s'acheter un visa européen devra débourser 72.000 euros en Lettonie, en Grece 250.000 euros, en Allemagne un million. Mais le visa le plus cher est français : dix millions d'euros. Chacun son prix, chacun ses exigences. En Angleterre, le ticket d'entrée est de 220.000 euros à condition de mettre l'argent dans un projet d'entreprise. Cette Iranienne de 24 ans investit dans un site de vente sur Internet, visa obtenu.

Mes parents ont tous les deux étudié ici. Ici, c'est ma deuxième maison, je n'ai jamais envisagé d'aller ailleurs et j'ai eu la possibilité de demander ce visa d'entrepreneur.

Si son entreprise fonctionne, elle pourra créer des emplois en Angleterre. Mais selon les détracteurs des Golden Visas, certains investisseurs s'en serviraient pour écouler de l'argent d'origine douteuse. De son côté, Bruxelles n'a pas son mot à dire. Sur cette question, chaque pays reste souverain.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==