Cet article date de plus de huit ans.

Etat islamique : des frappes françaises en Syrie ?

Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Dhafra aux Emirats arabes unis. Pour la seconde fois, les chasseurs français s'apprêtent a frapper les jihadistes de l'organisation Etat islamique. L'objectif est un dépôt de matériel militaire, à 60 km à l'ouest de Bagdad. 4 hangars, 4 bombes de 225 kilos. Ces images fournies parle ministère français de la Défense ne permettent pas de savoir combien de combattants islamistes ont péri lors de l'opération. Il faudrait des observateurs au sol, il n'y en a pas. Pour les jihadistes, le message est clair. 24 heures après l'assassinat d'Hervé Gourdel en Algérie, la France n'a aucune intention de renoncer à son offensive aérienne. Et la France pourrait-elle aller plus loin ? L'hypothèse est évoquée après les déclarations de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, ce matin sur RTL. "La question des frappes en Syrie est posée", a-t-il dit. Qu'est-ce qui retient la France de s'engager comme les Etats-Unis.

Etienne Leenhardt : Il y a d abord une question de droit international. Sans résolution aux Nations unies, au nom de quoi la France, en Syrie, interviendrait-elle militairement ? En Irak, de l'autre côté de la frontière, elle intervient à la demande formelle des autorités irakiennes. Mais en Syrie, Bachar EI-Assad, n'a rien demandé à personne. Les Américains qui ont peut-être moins de scrupules que les Français sur le plan du droit, s'en sortent, en considérant que l'Irak est attaqué depuis le territoire syrien et que c'est donc de la légitime défense. Le deuxième problème est politique. Frapper le groupe Etat islamique qui contrôle une partie de la Syrie c'est comme faire le même boulot que l'armée de Bachar EI-Assad. Et ça le Président de la République s'y refuse jusqu'ici, parce que ça brouille les cartes Nous avons en Syrie le même ennemi que Bachar EI Assad sur lequel nous étions prêts à lâcher nos bombes il y a un an. Et nous souhaitons toujours qu'il quitte le pouvoir. Difficile à vendre aux Français même si nous dit-on cette position, en fonction des évènements, est susceptible d'évoluer.

David Pujadas : Merci. Les Etats-Unis ont bombardé eux aussi les djihadistes et ont visé une douzaine de raffineries de pétrole, qui sont sous leur contrôle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.