Vidéo Jean-Luc Mélenchon rejette la primaire de la gauche pour la présidentielle :  "Ces gens-là ne cherchent pas l'union, mais une sortie de secours"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Selon le leader de La France insoumise, l'idée d'une primaire est la preuve que le "Parti socialiste n'est plus un parti de gouvernement".

Jean-Luc Mélenchon de la France Insoumise, a rejeté dimanche 12 décembre sur France Inter une primaire de la gauche proposée par l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg et la maire de Paris, Anne Hidalgo : "C'est d'une hypocrisie totale. Ces gens-là ne cherchent pas l'union, mais une sortie de secours", a-t-il critiqué.

>> Présidentielle : de l'atonie à la zizanie, la semaine qui a remis la gauche sous le feu des projecteurs

Arnaud Montebourg, candidat à l'élection présidentielle, s'est mis en scène vendredi en se filmant en train d'appeler, en vain, les autres prétendants de la gauche dont Jean-Luc Mélenchon. L'ancien ministre de l'Économie socialiste est tombé à chaque fois  sur des répondeurs. "J'ai fait l'erreur de le rappeler par courtoisie. Pourquoi ? Parce qu'il n'arrête pas de raconter des versions à sa sauce. J'ai lu ça dans le journal. Tout cela à mes yeux est assez pitoyable", a-t-il ironisé.

"On devrait tout jeter à la poubelle parce que Madame Hidalgo n'arrive pas à décoller"

L'union de la gauche n'est pas la tasse de thé de Jean-Luc Mélenchon : "Je n'en pense pas beaucoup de bien parce que je n'ai toujours pas compris qui devait s'allier avec qui", ironise le leader de La France insoumise. Selon lui, l'idée d'une primaire est la preuve que le "Parti socialiste n'est plus un parti de gouvernement", car "ils sont capables d'imaginer qu'à quatre mois d'une élection sans programme, on va organiser une primaire. Et puis , on discutera du programme. Nous, cela fait 10 ans qu'on le met au point", a-t-il expliqué. "L'Avenir en commun" le programme de la France Isoumise rassemble près de 600 propositions.

"C'est un travail énorme, on devrait tout jeter à la poubelle parce que Madame Hidalgo s'aperçoit qu'elle n'arrive pas à décoller comme elle l'aurait espéré et que Monsieur Montebourg, à qui personne n'avait rien demandé, et qui un jour, me dit, 'maintenant le moi-je, ça suffit' ! Tu commences par toi et après on verra !", a-t-il lancé à l'adresse Arnaud Montebourg.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.