Régionales en Paca : la liste LR de Renaud Muselier va inclure des membres de LREM mais "pas de ministre, pas de parlementaire"

Le président sortant de la région, Renaud Muselier, a choisi Christian Estrosi, démissionnaire de LR pour conduire la liste dans les Alpes-Maritimes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Renaud Muselier, le 4 mai 2021.  (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Renaud Muselier a annoncé mercredi 12 mai que des membres de LREM, d'Agir et du MoDEm figureraient bien sur la liste qu'il va déposer en vue des élections régionales en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca). Invité de France Bleu Azur, il explique toutefois qu'il n'y aura pas "de ministre, pas de parlementaire", de la majorité présidentielle sur cette liste qui doit être déposée dans la matinée. Exit donc Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées qui portait la candidature LREM dans la région. "Il n'y a pas de fusion, il n'y a pas l'accord d'appareil", poursuit Renaud Muselier. 

"Je veux avoir une liste qui soit représentative de l'action régionale", a justifié Renaud Muselier, après deux semaines de tensions et de déchirements au sein des Républicains. Le président sortant rappelle qu'il est toujours membre des Républicains, il souligne que l'actuelle majorité régionale a "huit composantes qui existent aujourd'hui, qui sont des élus de terrain". Il détaille sa doctrine : "mon programme, mes compétences, l'action régionale, l'action républicaine".

Christian Estrosi sera tête de liste dans les Alpes-Maritimes

Renaud Muselier confirme par ailleurs qu'il a choisi le maire de Nice, Christian Estrosi, pour conduire la liste dans les Alpes-Maritimes, "conformément à ce que j'ai dit, ce qu'a dit ma famille politique au niveau national". Le maire de Nice a annoncé la semaine dernière qu'il quittait le parti Les Républicains, évoquant les soubresauts récents dans son parti politique autour des régionales en Paca.

Une alliance avec la liste LREM au second tour aura-t-elle lieu ? Renaud Muselier ne répond pas directement à la question. "Je suis très clair dans ma ligne : je ne veux pas être le laboratoire de l'expérimentation politique nationale. Je ne veux pas être le marchepied pour Mme Marine Le Pen. Je me bats pour ma région, je n'ai pas d'ambition ministérielle."

"Je ne veux pas de débat national ici en permanence", s'agace le président sortant, pointant le rôle des parlementaires dont Eric Ciotti dans les évènements des dernières semaines. "Il y a des arrière-pensées permanentes pour savoir qui va être président de la République, comment ça va se passer. Moi, je ne suis ni dans les magouilles ni dans les arrangements". Il refuse de "parasiter la campagne locale" avec le national.

Interrogé sur les tensions avec Eric Ciotti, Renaud Muselier s'interroge : "M. Ciotti doit savoir dans quel camp il est : est-ce qu'il est dans le camp du Rassemblement national, on ne sait jamais finalement, ou il est dans le camp de la droite républicaine qui se marie avec le centre, les gens raisonnables ?"

Un sondage donne le RN largement en tête

Alors qu'un sondage publié mardi 11 mai, donne la liste Rassemblement national en tête au premier tour des régionales dans la région Paca, Renaud Muselier, juge que "ce sondage a été fait dans le pire des moments pour moi avec un psychodrame dramatique pour LR au niveau national et l'assassinat du policier à Avignon".

"Forcément, vous avez une poussée au niveau national du Front national entre deux et trois points, et ici dans cette région très sensible de près de cinq points", poursuit Renaud Muselier qui est candidat à sa succession.

Selon ce sondage Ipsos Sopra/Steria pour Radio France et France Télévisions, la liste Rassemblement national conduite par Thierry Mariani arrive largement en tête des intentions de vote au premier tour dans tous les cas de figure des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.