"Vive la haine" : le meeting de Marine Le Pen à la une de la presse étrangère

La candidate du Front national à l'élection présidentielle a lancé dimanche, à Lyon, sa campagne, vantant son "patriotisme" face "aux deux totalitarismes", économique et religieux, et se posant contre la droite et la gauche "du fric". Un discours qui a traversé les frontières françaises. 

Marine Le Pen a lancé, dimanche 5 février, sa campagne lors du meeting à Lyon. 
Marine Le Pen a lancé, dimanche 5 février, sa campagne lors du meeting à Lyon.  (JEFF PACHOUD / AFP)

Elle apparaît triomphante, les bras ouverts, sur fond de drapeau bleu-blanc-rouge. Cette image de Marine Le Pen, lors du lancement de sa campagne présidentielle, dimanche 5 février à Lyon, fait la une de plusieurs journaux étrangers lundi matin. Preuve que la montée en puissance de la présidente du Front national, qui est donnée au second tour de l'élection par la plupart des sondeurs, intéresse, voire inquiète, les médias étrangers.

Les quotidiens anglo-saxons n'ont d'ailleurs pas manqué de dresser des parallèles entre la candidature de la patronne du Front national et le Brexit ou l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Revue de presse.

"Vive la haine", à la une de "The Independent"

Marine Le Pen a les honneurs de la couverture du quotidien britannique The Independent qui titre, en français dans le texte : "Vive la haine". Dès le début de l'article, le ton est donné : "Marine Le Pen n'a montré aucune volonté de modérer son discours alors que, selon elle, la France est sous la menace de deux 'totalitarismes' – la mondialisation économique et le fondamentalisme musulman."

Le quotidien ne manque pas de relater la ferveur des soutiens de Marine Le Pen. "Des milliers de personnes ont agité des drapeaux en scandant 'On est chez nous' et 'Marine présidente" pendant son discours, résume le journal. Marine Le Pen a été accueillie par des applaudissements bruyants lorsqu'elle a affirmé que les clandestins n'auront pas le droit à la gratuité des soins de santé et que les étrangers auteurs de crimes seront expulsés."

Pour le "New York Times", son discours fait écho à celui de Trump

Outre-Atlantique, le New York Times n'a pas hésité à dresser un parallèle entre le discours de Marine Le Pen et celui de Donald Trump. "En France, Le Pen rappelle le populisme sombre de Trump lors du lancement de sa campagne", titre le quotidien de référence américain. "L'image noire d'une France affaiblie troublée par les bureaucrates et les burqas a trouvé un large écho aux thèmes abordés outre-Atlantique", écrit le quotidien.

Le journal souligne aussi que si la présidente du FN a exclu son père du parti, les thèmes du fondateur du mouvement restent très présents dans la rhétorique de Marine Le Pen. "Elle a parlé devant un écran où étaient projetés les mots : 'Au nom du peuple' et qui montrait des immigrés commettant des crimes, des jihadistes préparant des attaques ou des bureaucrates européens volant les emplois des Français", raconte le New York Times.

"Un discours xénophobe et protectionniste" pour "El Pais"

En Espagne, le quotidien El Pais a choisi lui aussi de mettre Marine Le Pen en une de son édition. "Le Pen promet de défendre les Français contre l'Union européenne, les étrangers et les musulmans", titre le quotidien, qui écrit très clairement : "La leader du Front national entre en campagne avec un discours xénophobe et protectionniste". Le journal espagnol note ainsi la récurrence des thèmes tels que "le peuple, le patriotisme, les étrangers, la souveraineté, la sécurité ou la liberté".

"Interrompue aux cris de 'On est chez nous' à chaque fois qu'elle prononçait les mots 'étrangers, migrants ou islam', Le Pen refuse qu'on la traite de xénophobe ou d'islamophobe. Mais ses paroles ont donné des munitions à ses détracteurs", écrit encore El Pais