Présidentielle 2022 : après le succès des inscriptions, la primaire populaire a besoin d’argent

Près de 470 000 personnes sont inscrites à la primaire populaire pour désigner un  candidat de gauche pour la présidentielle. Un succès qui coûte aussi de l’argent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sur un stand de la primaire populaire à Toulouse, le 22 janvier 2022. Photo d'illustration. (FREDERIC CHARMEUX / MAXPPP)

Les inscrits à la primaire populaire sont invités à voter du jeudi 27 au dimanche 30 janvier, pour désigner, parmi sept personnalités de gauche, celle qui sera soutenue par l'organisation. L’initiative citoyenne a connu un vrai succès d’estime en réussissant à inscrire 467 000 personnes à cette "primaire de la gauche" d’un nouveau genre. Mais qu'en est-il de son budget ? L’association est en passe de dépasser le million d’euros de dons pour mener à bien ce vote qui, rappelons-le, est gratuit.

Il y a une dizaine de jours, la primaire populaire envoyait un mail à ses inscrits pour leur demander un nouveau coup de pouce financier, de l’ordre de 115 000 euros. Une rallonge aux 885 000 euros déjà collectés depuis le début du processus que l’équipe explique par le succès rencontré par l’initiative.

Des inscrits en hausse, des dépenses aussi

Lors du dernier jour pour s’inscrire, dimanche 24 janvier, la plateforme utilisée, Neovote, a enregistré 91 000 inscriptions.  Sauf que plus le nombre d’inscrits est élevé, plus le coût pour le prestataire est important, en moyens humains pour assurer la logistique. La primaire populaire doit aussi payer des frais d’avocat, des frais de communication en hausse ou les salaires des huit salariés. Ils gagnent 1 600 euros à 2 100 euros net et il faut rajouter sept autoentrepreneurs.

Selon les organisateurs, cet appel aux dons est en bonne voie, il n’y a donc pas de risque que faute de moyens financiers suffisants, le vote n’ait pas lieu.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire populaire à gauche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.