Présidentielle : Marine Le Pen "assume totalement" son plagiat de François Fillon

La candidate du Front national explique avoir voulu faire un "clin d'œil" aux électeurs de droite.

Marine Le Pen, le 2 mai 2017 sur le plateau du JT de 20 heures de TF1.
Marine Le Pen, le 2 mai 2017 sur le plateau du JT de 20 heures de TF1. (CHARLES PLATIAU / AFP)

"J'assume totalement ce clin d'oeil", a lâché Marine Le Pen, mardi 2 mai au soir sur TF1, à cinq jours du second tour de l'élection présidentielle. La veille, lundi 1er mai, lors d'un meeting à Villepinte (Seine-Saint-Denis), la candidate du Front national a repris mot pour mot des propos de François Fillon sur la géographie de la France et sa langue, prononcés mi-avril au Puy-en-Velay.

Avant d'être l'invitée du JT de 20 heures de TF1, mardi, la candidate d'extrême droite a assuré dans un entretien à Reuters qu'elle avait repris sciemment des phrases entières d'un discours de François Fillon. Et elle a expliqué que ces phrases n'avaient pas été écrites par le candidat Les Républicains, mais par Paul-Marie Coûteaux, qui avait participé à la campagne de François Fillon avant de contribuer à la sienne.

Bien sûr, j'étais parfaitement au courant, puisque ce sont des passages de quelqu'un qui a été ma plume en 2012 d'ailleurs, qui est devenue la plume de Fillon entretemps. L'idée, c'était de faire un clin d'œilMarine Le Penà Reuters

"Des positions communes avec l'électorat de droite"

La candidate d'extrême droite a plaidé le "clin d'œil", "parce que", explique celle qui cherche à séduire l'électorat de droite, "les électeurs de François Fillon, en tout cas dans ce domaine, sont beaucoup plus proches de la vision que nous avons que ce que défend [Emmanuel] Macron". "Nous avons incontestablement, avec l'électorat de droite, des positions communes. Nous avons des divergences sur d'autres sujets mais, sur ce sujet-là, nous avons des positions communes", a-t-elle insisté. Des arguments martelés un peu plus tard sur TF1.

Marine Le Pen a certes assuré que Paul-Marie Coûteaux avait participé directement à l'écriture de son discours. Mais l'intéressé, militant de la droite souverainiste de longue date, avait auparavant démenti avoir eu des contacts avec Marine Le Pen pour son discours. Il soutenait jusqu'au soir du premier tour François Fillon et avait largement écrit son allocution du Puy-en-Velay.