Présidentielle 2022 : la possible candidature de Christiane Taubira "peut poser la question du rassemblement" à gauche, estime Sandrine Rousseau

"Il faut discuter ensemble et de ce point de vue je salue cette initiative", a réagi sur franceinfo la conseillère spéciale de Yannick Jadot sur les questions de précarité et de discrimination.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sandrine Rousseau, le 11 décembre 2021 lors du premier meeting de Yannick Jadot à Laon (Aisne). (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"Cette candidature peut poser la question du rassemblement", a réagi vendredi 17 décembre sur franceinfo Sandrine Rousseau, conseillère spéciale de Yannick Jadot sur les questions de précarité et de discrimination, après l'évocation d'une possible candidature à la présidentielle de Christiane Taubira.

"Cette candidature a pour objectif de nous pousser à discuter et à aller vers une union à gauche, estime-t-elle. J'ai toujours pensé qu'il nous fallait cette union, je pense que la situation politique à gauche nous montre qu'il faut discuter ensemble et de ce point de vue je salue cette initiative."

Un programme encore inconnu

Il faut encore éclaircir les propositions de Christiane Taubira. Quelles sont-elles "sur les sujets importants, notamment l'écologie qui est au cœur d'une forme de modernisation de la gauche ? On n'en sait rien. Or c'est un défi, notre défi des cinq prochaines années. Cela mérite qu'on discute, qu'on échange et il ne peut pas y avoir de rassemblement sans que l'écologie soit vraiment le cœur de ce rassemblement."

Christiane Taubira évoque une impasse à gauche. Un constat partagé par Sandrine Rousseau. "On est dans une impasse, il y a une forme de protestation silencieuse du peuple de gauche et de l'écologie. Ces personnes-là tournent le dos et disent qu'elles ne vont pas voter si on ne se met pas d'accord. Ca, il faut l'entendre."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Candidats à l'élection présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.