NKM agressée à Paris : une journaliste a vu un homme "voulant la frapper au visage avec des tracts"

Nadège Puljak, journaliste à l'Agence France Presse (AFP), a assisté au malaise de Nathalie Kosciusko-Morizet après une agression jeudi à Paris. Elle témoigne sur franceinfo.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Nathalie Kosciusko-Morizet a été hospitalisée jeudi matin après une altercation avec un passant sur un marché du 5arrondissement de Paris, où la candidate Les Républicains (LR) mène campagne pour les législatives. Nadège Puljak, journaliste à l'Agence France Presse (AFP) a assisté la scène et témoigne sur franceinfo. 

Une agression par un homme brandissant des tracts

La journaliste était sur place pour couvrir l’entre-deux tours des législatives. "Tout se passait bien et tout d'un coup j'entends quelqu'un qui l'appelle 'bobo de merde'", raconte-t-elle. "Je me retourne et à ce moment-là, je vois un homme un peu costaud, d'une petite cinquantaine d'années, qui veut la frapper avec des tracts au visage", poursuit la journaliste. Nadège Puljak voit alors la cheffe du groupe LR de l’opposition à la mairie de Paris s’écrouler.

Nathalie Kosciusko-Morizet met sa main devant son visage, se recule et tombe. À ce moment-là, la journaliste pense que la candidate a glissé et se précipite pour l'aider. "Je vois qu'elle est évanouie." La journaliste appelle alors les secours. Elle a l’impression que Nathalie Kosciusko-Morizet est restée "au moins 10 minutes KO, sans réagir, les yeux fermés". Ensuite, la candidate s'est levée en se tenant la tête. Elle a été amenée dans le camion des pompiers qui l'ont ensuite conduite à l'hôpital Cochin, précise Nadège Puljak. Nathalie Kosciusko-Morizet a passé des examens médicaux jeudi après-midi. Des précision sur son état de santé devaient être données en fin d'après-midi. 

Un passant prend les tracts des mains de Nathalie Kosciusko-Morizet, place Maubert, à Paris, le 15 juin 2017.
Un passant prend les tracts des mains de Nathalie Kosciusko-Morizet, place Maubert, à Paris, le 15 juin 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)