Yvelines : l'élection municipale de 2020 à Trappes définitivement annulée

Cette décision sanctionne les "actions de propagande" menées par Ali Rabeh avant le second tour de l'élection.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 Ali Rabeh, élu maire de Trappes avant que l'élection ne soit annulée, le 17 février 2021. (MAXPPP)

Les Trappistes vont devoir repasser dans l'isoloir. Le Conseil d'Etat a définitivement annulé mercredi 18 août l'élection municipale de 2020 à Trappes (Yvelines) remportée par Ali Rabeh (Génération.s). Selon la plus haute juridiction administrative du pays, l'association Cœurs de Trappes a bien "assuré la promotion de la candidature d'Ali Rabeh", son fondateur, entre les deux tours.

En février, le tribunal administratif de Versailles avait annulé ce scrutin, après le dépôt d'un recours par la liste d'opposition Engagement Trappes Citoyens et l'élu Othman Nasrou, proche de Valérie Pécresse. Le tribunal avait dénoncé des "actions de propagande" menées par Ali Rabeh, proche de Benoît Hamon, avant le second tour de l'élection. Ali Rabeh, qui contestait cette décision, avait fait appel devant le Conseil d'Etat.

Une distribution de 15 000 masques pendant la campagne

L'association a notamment organisé une distribution "d'environ 15 000 masques", "au cours d'une période où les masques chirurgicaux n'étaient disponibles qu'en faible quantité", est-il écrit. Ces lots de masques comportaient "une notice d'utilisation où figurait une photo de M. Rabeh (...) identique à celle utilisée pour ses documents et affiches de propagande électorale".

Le Conseil d'Etat a cependant annulé l'inéligibilité à laquelle le tribunal administratif avait condamné Ali Rabeh, et a demandé à l'Etat de lui rembourser ses comptes de campagne. "Les juges considèrent que c'est aux Trappistes de trancher en votant de nouveau et je m'en réjouis. Cela va me donner l'opportunité de clarifier le jeu politique, alors que mes adversaires ont voulu encombrer les tribunaux avec des procédures judiciaires", a réagi Ali Rabeh.

"La plus haute juridiction de notre pays vient de confirmer à son tour la tricherie d'Ali Rabeh aux dernières municipales", a pour sa part déclaré Othman Nasrou, qui l'accuse de diriger une gestion "sectaire et clientéliste" de la ville de Trappes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Municipales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.