VIDEO. Des intermittents manifestent devant le Q.G. d'Hidalgo à Paris

La candidate UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a connu des mésaventures similaires : des protestataires ont envahi la scène où elle faisait un discours. 

FRANCE 2

Soirée électorale mouvementée dans la capitale. Des intermittents du spectacle sont venus manifester violemment devant le Q.G. de la candidate socialiste à la mairie de Paris, dimanche 24 mars, au soir du premier tour des élections municipales. Les équipes de sécurité d'Anne Hidalgo ont utilisé du gaz poivré pour les disperser, selon un journaliste de BFMTV qui a assisté à la scène.

Suivez toute l'actualité des municipales en direct

Mêmes scènes chez NKM

D'autres manifestants ont également fait irruption sur la scène où la rivale UMP Nathalie Kosciusko-Morizet s'exprimait, raconte Le Figaro. Ils ont perturbé son discours aux cris de "Chômeurs, précaires", avant d'être évacués par le service d'ordre. 

"Une petite vingtaine d'intermittents, de précaires et de chômeurs sont venus manifester devant le Q.G. d'Hidalgo en fin de soirée. Ils ont tenté de s'en prendre à son porte-parole Bruno Julliard, contraignant les équipes d'Anne Hidalgo à utiliser du gaz au poivre", a raconté le journaliste à l'AFP. "Les CRS sont arrivés ensuite alors que le calme était revenu. Ils n'ont arrêté personne à ma connaissance", a-t-il poursuivi.

"L'agression venait des manifestants"

Jean-Louis Missika, directeur de campagne d'Anne Hidalgo, a confirmé les faits. "L'agression venait des manifestants, a-t-il assuré. Ils avaient balancé deux grilles sur les vitres de notre Q.G. avant que nos équipes de sécurité n'utilisent du gaz poivré."

La candidate socialiste Anne Hidalgo au soir du premier tour des municipales à Paris, le 23 mars 2014.
La candidate socialiste Anne Hidalgo au soir du premier tour des municipales à Paris, le 23 mars 2014. (JOEL SAGET / POOL)