Vidéo Démission de Michèle Rubirola : "Une union de la gauche des années 1970 a repris le pouvoir à Marseille", dénonce Christophe Castaner

Publié
Article rédigé par
Radio France

L'expérience du Printemps marseillais, le collectif qui a porté Michèle Rubirola à la mairie de Marseille, a "fait pschitt", selon le patron des députés La République en marche.

"Une union de la gauche des années 1970 a repris le pouvoir à Marseille", assure Christophe Castaner, le président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée nationale mercredi 16 décembre sur franceinfo, au lendemain de la démission de Michèle Rubirola, la maire de la ville.

"Les Marseillais ont voté au printemps pour le Printemps marseillais, visiblement c'est l'automne", attaque Christophe Castaner, qui suppose un "deal" au sein de l'équipe municipale, notamment avec Benoît Payan, premier adjoint qui a annoncé sa volonté de briguer le vote des conseillers municipaux lundi prochain. Benoît Payan est un "garçon de talent", mais "ce n'est pas lui qui a été élu maire de Marseille", rappelle l'ex-ministre de l'Intérieur, tout en écartant la possibilité d'une nouvelle élection municipale.

Christophe Castaner a jugé la démarche de Michèle Rubirola "respectable", au contraire de l'union de la gauche autour du Printemps marseillais qui a "fait pschitt, c'est une défaillance du contrat passé entre Michèle Rubirola et les Marseillais".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.