Pistes cyclables à Paris : si elle est élue, Anne Hidalgo fera "en sorte que ces aménagements transitoires puissent devenir des aménagements définitifs"

"Cela correspond à une aspiration des Parisiens", affime la maire de Paris sortante, candidate à sa propre succession.

"Si je suis élue, je ferai en sorte que ces aménagements transitoires puissent devenir des aménagements définitifs", déclare lundi sur France Inter la maire sortante de Paris Anne Hidalgo, à propos des pistes cyclables créées et des rues piétonnisées dans la capitale pendant l'épidémie de coronavirus"Cela correspond à une aspiration des Parisiens. Il suffit d'aller voir sur la rue de Rivoli et sur les pistes cyclables de transition que nous avons faites en une nuit souvent, pour voir qu'il y a un vrai engouement", se réjouit Anne Hidalgo.

Anne Hidalgo note que "beaucoup de gens sont passés du métro, de la moto, de la voiture" au vélo. Ces pistes "montrent qu'elles ont une utilité à la fois dans la mobilité, mais à la fois aussi dans la baisse de la pollution", selon la maire sortante de la capitale, qui "souhaite bien sûr que ces pistes-là et ces aménagements puissent perdurer".

Si on veut pérenniser, cela veut dire qu'il faut passer par des votes, des procédures.

Anne Hidalgo, candidate à sa succession à la mairie de Paris

à franceinfo

Souvent critiquée par ses opposants pour des mesures jugées taillées pour les bobos, Anne Hidalgo répond qu'elle ne sait "pas trop" ce que ce terme "veut dire". "Si c'est comme ça qu'on qualifie les Parisiens, moi je dirais qu'ils ont une conscience environnementale, une conscience sociale, et le goût de la vie. Donc vive les bobos !", lance la maire.

Anne Hidalgo, maire de Paris, sur France Inter le 4 juin 2020.
Anne Hidalgo, maire de Paris, sur France Inter le 4 juin 2020. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)