Municipales à Paris : Philippe Goujon dénonce la "stratégie perdante" des Républicains

La commission d'investiture du parti de droite a choisi, dans le 15e arrondissement, une candidate officielle, Agnès Evren, conseillère de Paris, face au maire sortant, qui a refusé d'apporter son soutien à Rachida Dati.

Le maire sortant du 15e arrondissement de Paris, Philippe Goujon, le 20 avril 2017 lors d\'un meeting.
Le maire sortant du 15e arrondissement de Paris, Philippe Goujon, le 20 avril 2017 lors d'un meeting. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

"Je déplore cette démarche de division qui consiste à opposer une liste LR à un maire sortant LR qui n’a pas démérité semble-t-il, qui a toujours été fidèle à son parti et qui aura contre lui d’ailleurs des listes opposées par les candidats d’En Marche", a réagi mercredi 22 janvier sur franceinfo Philippe Goujon, maire Les Républicains du 15e arrondissement de Paris, et candidat aux élections municipales en mars.

Dans cet arrondissement, la commission d'investiture du parti de droite a choisi une candidate officielle, Agnès Evren, conseillère de Paris, face au maire sortant, qui a refusé d'apporter son soutien à Rachida Dati. "Il y a la stratégie LR, qui est de se compter, qui est une stratégie perdante", lance Philippe Goujon.

La "stratégie de rassemblement"

L'actuel maire du 15e arrondissement assure avoir une "stratégie de rassemblement". "Si on veut, comme le souhaitent tous les électeurs de l’opposition, changer de politique à Paris, et donc changer d’équipe municipale, il faudra bien se rassembler à un moment donné parce qu’aucun candidat ne peut gagner tout seul", précise-t-il. À sa stratégie, il oppose celle de son parti : "C’est l’assurance de perdre, le fait de se compter et de rester dans un splendide isolement, comme le souhaite LR".

Philippe Goujon affirme par ailleurs n'avoir "aucun contentieux avec Mme Dati, qui par contre elle m’invective un petit peu". "Ça ne me pose aucune difficulté si le candidat le mieux placé est Rachida Dati, de voter Rachida Dati, mais aussi pour les autres", indique-t-il. Pour Philippe Goujon, l'étiquette importe peu : "Il ne s’agit pas de choisir entre Mr Griveaux et Mme Dati, il s’agit de choisir entre Mme Hidalgo et tous les autres".