Cet article date de plus de huit ans.

Marseille : Samia Ghali "ne pardonne pas" à Marie-Arlette Carlotti

Invitée du Grand Journal de Canal Plus jeudi, la candidate aux primaires socialistes pour la Mairie de Marseille a continué de règler ses comptes avec ses concurrents PS.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La sénatrice PS Samia Ghali, le 6 novembre 2013, à Marseille (Bouches-du-Rhône). (FREDERIC SEGURAN / CITIZENSIDE / AFP)

La primaire socialiste pour les élections municipales à Marseille a laissé des traces. Samia Ghali, finaliste battue par Patrick Menucci, a affirmé, jeudi 26 décembre sur Canal +, qu'elle ne "pardonnait pas" certains propos tenus par sa rivale Marie-Arlette Carlotti. 

La ministre déléguée chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion l'avait notamment accusée d'être la candidate de Jean-Noël Guérini, sénateur PS et président du conseil général des Bouches-du-Rhône, mis en examen dans plusieurs affaires

"Il y a la ministre Marie-Arlette Carlotti qui a dit des mots. Je ne lui pardonne pas. Je le dis clairement. Je n’ai pas l’intention d’effacer de ma tête ce qu’on m’a dit, la méchanceté de certaines personnes", a déclaré Samia Ghali sur le plateau du "Grand Journal". Et de souligner que seul Patrick Menucci s'était excusé. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Municipales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.