Cet article date de plus d'un an.

Résultats des législatives 2022 : dix nouveaux visages du futur groupe Rassemblement national à l'Assemblée

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 10 min
Marine Le Pen, entourée notamment de Laurent Jacobelli et Fabien Engelmann, le 16 juin 2022, à Hayange (Moselle). (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Avec 89 députés, le RN entre en force à l'Assemblée nationale et devient le premier parti politique d'opposition dans l'hémicycle. De nouvelles figures, mais aussi des élus plus expérimentés font leur entrée au Palais-Bourbon.

Après un score inégalé lors de l'élection présidentielle, le Rassemblement national réalise une percée historique dimanche 19 juin au second tour des législatives. Le groupe RN va pouvoir compter sur au moins 89 députés, soit onze fois plus d'élus qu'actuellement, selon les résultats communiqués par le ministère de l'Intérieur.

>> Analyses et réactions : suivez notre direct au lendemain du second tour des législatives

Marine Le Pen a ainsi salué, dimanche soir, un groupe de "loin le plus nombreux de l'histoire de [sa] famille politique". Ses nouveaux députés, a-t-elle souligné, défendront les "idées [de leurs électeurs] sur l'immigration, la sécurité, le chômage, la justice fiscale et sociale, les territoires oubliés, les citoyens maltraités ou la démocratie bafouée".

Franceinfo vous présente dix visages parmi ces nouveaux élus RN.

1Edwige Diaz, la figure montante

Edwige Diaz sort de l'isoloir lors du second tour des élections législatives, le 12 juin 2022, à Saint-Savin (Gironde). (THIBAUD MORITZ / AFP)

Edwige Diaz symbolise la percée du RN lors des dernières élections en Gironde. La nouvelle élue de 34 ans dans la 10e circonscription (58,7% des voix) est l'une des figures montantes du parti et membre du bureau exécutif depuis la dernière campagne présidentielle. Cheffe de file du Rassemblement national à la région Nouvelle-Aquitaine et conseillère d'opposition à la mairie de Saint-Savin, elle a monté progressivement tous les échelons en Gironde depuis une dizaine d'années.

Elle dit avoir voté Nicolas Sarkozy en 2007 avant de s'éloigner de la droite républicaine, se disant déçue par sa politique sécuritaire. Elle a rejoint Marine Le Pen en 2012 après avoir assisté à l'un de ses meetings en Corrèze.  Cette "mariniste" convaincue est titulaire d'un master d'espagnol et travaillait jusqu'à son élection comme assistante de direction. Elle partage avec Marine Le Pen une passion pour les chats (elle en a cinq) et, comme la dirigeante du RN, elle est titulaire d'un diplôme d'éleveur.

2Julien Odoul, le trublion du RN

Julien Odoul, porte-parole du RN, le 5 février 2022, à Reims (Marne). (SERGE TENANI / HANS LUCAS / AFP)

Julien Odoul, porte-parole du RN, a été élu député dans la 3e circonscription de l'Yonne. Omniprésent sur les réseaux sociaux et à la télévision, où ses sorties suscitent souvent la polémique, l'élu de 37 ans a battu Michèle Crouzet (Ensemble !) avec 55,84% des voix. Durant ses études d'histoire à la Sorbonne, il fait une expérience dans une agence de mannequinat et apparaît en couverture des magazines gays Têtu et Gab, de 2006 à 2008, photos qui ressortent régulièrement.

Master en poche, il se tourne vers la politique, d'abord au PS, puis au Nouveau Centre et à l'UDI, et enfin au Front national, après avoir eu "la révélation" lors d'une université d'été du parti. En 2015, il est élu conseiller régional en Bourgogne. Quatre ans plus tard, dans l'hémicycle de la région, il se fait remarquer en prenant à partie une mère voilée qui accompagne une visite d'élèves. En 2021, Libération diffuse une vidéo où on l'entend blaguer au sujet du suicide d'un agriculteur – ce qu'il conteste. Le trentenaire a été mis en examen en 2019 pour "recel de détournement de fonds publics" dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés du RN, et pour "diffamation" en 2022 après une plainte du député de l'Ain Damien Abad, qu'il avait accusé de liens avec une mosquée salafiste.

3Laurent Jacobelli, l'ancien porte-parole de Marine Le Pen

Laurent Jacobelli, le 27 juin 2021, à Troyes (Aube).  (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Laurent Jacobelli a été élu député dans la 8e circonscription de Moselle avec 52,43% des voix. A 52 ans, cet ex-porte-parole de la campagne présidentielle de Marine Le Pen est un ancien militant de Debout la France qui a rejoint le RN en 2017. Il est élu à la région Grand Est depuis 2021 et milite pour la fin du Grand Est actuel et le retour à trois régions de plein exercice, Lorraine, Alsace et Champagne-Ardenne.

Avant de se lancer en politique, il a fait carrière dans l'audiovisuel. Diplômé de l'Essec, il a d'abord été contrôleur de gestion chez TF1, puis directeur des programmes de TV5 Monde de 2005 à 2008. A l'Assemblée, il souhaite défendre le pouvoir d'achat, faciliter la vie des travailleurs transfrontaliers ou encore demander une augmentation des effectifs de police.

4Caroline Parmentier, l'atout média
Caroline Parmentier, le 19 juin 2022, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). (MAXPPP)

Caroline Parmentier a conquis, à 56 ans, la 9e circonscription du Pas-de-Calais (53,31%). Cette proche de Marine Le Pen a joué le rôle de conseillère presse de la candidate lors de la dernière présidentielle. Elle se félicite d'ailleurs d'avoir "déshystérisé" les rapports entre le RN et les médias, tout en "tombant drue" en cas de désaccord. Elle a travaillé pendant trente et un ans au sein du quotidien de l'extrême droite catholique Présent, où elle a commencé en stage et fini comme rédactrice en chef. Admiratrice de Marine Le Pen, que Présent a soutenue en 2017, elle rejoint le RN en 2019. D'abord attachée de presse de Jordan Bardella, elle est élue en juin 2021 au conseil régional d'Ile-de-France et se consacre désormais à la cheffe de file du RN.

Elle ne renie pas ses écrits, dans lesquels elle a défendu Génération identitaire ou soutenu Eric Zemmour lors de sa première sortie sur les prénoms d'origine étrangère. Mais elle affirme avoir "élargi son optique" au contact de sa patronneCette habitante des Yvelines se prépare à s'installer à Béthune, dans une circonscription sinistrée qu'elle affirme avoir choisi "par attachement", après y avoir accompagné Marine Le Pen des dizaines de fois.

5Philippe Ballard, l'ancien journaliste de LCI

Philippe Ballard, le 1er juin 2022, à Omecourt (Oise). (DENIS CHARLET / AFP)

Le porte-parole du RN Philippe Ballard, ancien présentateur sur la chaîne d'info en continu LCI, a été élu député après son parachutage dans la 2e circonscription de l'Oise (55,83%). Après avoir été tête de liste du RN pour les élections régionales en Ile-de-France, l'élu de 61 ans poursuit donc son aventure politique au Palais-Bourbon.

Initialement journaliste radio (Sud Radio, France Info, RTL), Philippe Ballard a intégré LCI en 1994. Au fil des ans, le journaliste est devenu présentateur régulier des tranches info le matin en semaine et le week-end, puis le soir. A partir de 2019, il a présenté "LCI tout info" les après-midi en fin de semaine.

6Alexandre Loubet, le communicant parachuté

Pari gagnant pour Alexandre Loubet, dépêché dans la 7e circonscription de Moselle, qui l'emporte avec 55,41% des suffrages. Parachuté par le RN sur cette terre favorable, ce Toulousain d'origine qui a grandi en Ariège devient député après avoir été candidat aux régionales en Occitanie. Diplômé de Sciences Po Paris, il est l'un des fondateurs, en 2013 au sein de l'école, de l'association souverainiste Critique de la raison européenne, ouvertement eurosceptique. Un cercle que fréquentera notamment Sarah Knafo, devenue ensuite la stratège et la compagne d'Eric Zemmour.

Au cours de ses études, il effectue un stage au Parlement européen auprès d'un groupe de députés dirigé par le héraut du Brexit Nigel Farage. Ancien responsable jeunes de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, il rejoint le RN à la fin 2020 et dirige la communication lors de la dernière campagne de Marine Le Pen, fonctions qu'il occupe également pour le compte du parti. Agé de 27 ans, il est aussi le secrétaire général de L'Avenir français, un microparti "gaulliste" associé au RN qui revendique 600 adhérents. Le nouveau député a désormais une priorité : la baisse des taxes sur les carburants.

7Jean-Philippe Tanguy, l'ancien bras droit de Nicolas Dupont-Aignan 

Jean-Philippe Tanguy et Marine Le Pen lors d'une conférence de presse, le 23 mars 2022, à Paris. (MAXPPP)

Jean-Philippe Tanguy, ex-directeur adjoint de la campagne présidentielle de Marine Le Pen, a été élu député de la 4e circonscription de la Somme (54,59%). L'ancien porte-parole de Debout la France a quitté le parti de Nicolas Dupont-Aignan, dont il était le numéro deux, pour se rapprocher du RN à l'automne 2020. Il est parti en déplorant la "stratégie d'isolement et de division" du député de l'Essonne pour la présidentielle de 2022. Il a alors emmené dans son sillage une centaine de cadres du parti, dont Alexandre Loubet.

Coordinateur national du "mouvement de droite gaulliste" L'Avenir français, satellite du RN créé dans la foulée de cette rupture, il a figuré sur la liste dirigée par Sébastien Chenu pour les élections régionales dans les Hauts-de-France et est devenu conseiller régional en 2021. Natif de Boulogne-sur-Mer, mais résidant à Montdidier, dans la Somme, ce diplômé de l'Essec et de Sciences Po Paris âgé de 36 ans a été membre du cabinet de la présidente de General Electric France.

8Hervé de Lépinau, l'avocat de Carpentras

Hervé de Lépinau, le 18 juin 2017, à Carpentras (Vaucluse). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Cinq ans après le retrait de Marion Maréchal de la vie politique, son ancien suppléant Hervé de Lépinau a repris pour le Rassemblement national l'ancien siège frontiste des mains du camp d'Emmanuel Macron. "Pour certains, Le Petit Livre de Mao ou Le Capital de Karl Marx constituent une boussole. Moi, ma boussole, c'est ma foi", expliquait à l'AFP, avant le premier tour, le nouveau député RN de la 3e circonscription du Vaucluse, qui se revendique de la "doctrine sociale de l'Eglise".

Cet avocat de Carpentras âgé de 53 ans, qui a été un fidèle de l’ancien maire d’Orange Jacques Bompard, a été élu avec 58,82% des suffrages. Conseiller municipal depuis 2008 à Aubignan puis à Carpentras, conseiller départemental depuis huit ans, Hervé de Lépinau avait été battu de 421 voix en 2017 par Brune Poirson (LREM). "Attaché à la notion de nation comme cadre global, la famille est pour moi quelque chose d'extrêmement important", explique ce père de six enfants également "attaché à la propriété" et aux "idées de droite depuis plus d'un siècle". Il dit être également attentif "à la question écologique".

9Joris Hebrard, le kiné non vacciné

Joris Hebrard, le 6 juin 2015, au Pontet (Vaucluse). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Figure du RN dans le Vaucluse depuis 2012, Joris Hebrard, nouveau député de la première circonscription (51,14%), est un kinésithérapeute ayant refusé de se faire vacciner contre le Covid-19. Vainqueur dans un département favorable au RN de longue date, le maire du Pontet, dans la banlieue d'Avignon, "a voulu être élu à l'Assemblée car c'est le seul endroit où il peut s'opposer aux privations des libertés publiques", explique à l'AFP son directeur de cabinet. "Il a refusé de se faire vacciner" et continue "maintenant plus que jamais", poursuit son conseiller. Il lui a été interdit d'exercer sa profession de kiné depuis la mi-septembre 2021 du fait de l'obligation vaccinale pour les professionnels de santé.

Né à Avignon, Joris Hebrard, 40 ans, jouit d'une assise locale solide. Il devient maire du Pontet en 2014 sous l'étiquette Front national. Il est également conseiller départemental d'opposition depuis 2015 et a été élu 2e vice-président de la communauté d'agglomération du Grand Avignon en 2020.

10Antoine Villedieu, l'ancien boxeur

Fonctionnaire de police et ancien boxeur professionnel, Antoine Villedieu, 33 ans, a été élu député de la Haute-Saône avec 54,5% des suffrages. Né à Lure (Haute-Saône), il est le petit-fils de l'ancien maire divers gauche de Roye, dans le même département. "Nino", comme on le surnommait alors, pratiquait la boxe anglaise et le MMA ("Mixed Martial Arts", arts martiaux mixtes), une discipline dans laquelle il a été champion du monde.

Après avoir raccroché les gants, ce titulaire d'un BTS immobilier a choisi d'embrasser la carrière de policier. Il est actuellement en poste à Besançon et porte-parole national de la Fédération professionnelle indépendante de la police (FPIP), un syndicat proche de l'extrême droite. Il a aussi été élu conseiller municipal à Vesoul en 2020 sur la liste du centriste Alain Chrétien, avant de démissionner quelques jours plus tard. Il est délégué départemental du Rassemblement national depuis juin 2020.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.