Résultats des législatives 2022 : Blanquer, Roussel, Le Pen, Autain... Quels sont les scores des personnalités politiques au premier tour ?

A l'instar de Jean-Michel Blanquer et Eric Zemmour, plusieurs figures politiques ont été éliminées dès le premier tour. D'autres, comme Marine Le Pen, sont qualifiées haut la main pour le second.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 11 min.
Marine Le Pen (Rassemblement national), Jean-Michel Blanquer (LREM) et François Ruffin (Nupes).  (PIERRE-LOUIS CARON / FRANCEINFO)

Anciens ministres, députés sortants, ex-candidats à la présidentielle… Plusieurs personnalités politiques de premier plan jouaient gros, dimanche 12 juin, à l'occasion du premier tour des élections législatives. Certains étaient candidats à la députation pour la toute première fois, d'autres visaient une réélection. Qui a été éliminé ? Qui est qualifié ? Franceinfo fait le point.

>> Suivez les réactions au lendemain du premier tour des élections législatives dans notre direct

Dans la majorité présidentielle 

• Jean-Michel Blanquer : éliminé dans le Loiret

L'ex-ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer n'est pas qualifié pour le second tour (troisième avec 18,89%). Il devait gérer un délicat parachutage dans la 4e circonscription du Loiret, où il était investi par la majorité présidentielle. Il espérait conquérir le siège de Jean-Pierre Door (LR), élu depuis 2002, qui ne se représentait pas. Mais c'est le candidat du Rassemblement national, Thomas Ménagé, qui a viré en tête avec 31,45% des voix. Ce dernier affrontera au second tour le candidat de la Nouvelle Union populaire écologiste et sociale (Nupes), Bruno Nottin (19,43%).

Christophe Castaner : en tête de peu dans les Alpes de Haute-Provence

L'ancien ministre de l'Intérieur, qui faisait figure de favori pour un troisième mandat dans la 2e circonscription des Alpes de Haute-Provence, arrive premier avec 30,16% des voix. Il est suivi de près par Léo Walter, candidat Nupes, qui comptabilise 29,3% des voix. Candidat à sa propre succession, ce proche d'Emmanuel Macron a d'ores et déjà annoncé qu'il souhaitait conserver la tête du groupe parlementaire LREM en cas de réélection.

Richard Ferrand : premier dans le Finistère

Le président de l'Assemblée nationale affrontait pas moins de 12 candidats dans la 6e circonscription du Finistère. Le député sortant est arrivé en tête du premier tour, avec 33,56 % des voix et se retrouve face à la candidate Nupes, Mélanie Thomin (31,16%). Le pilier de la coalition présidentielle Ensemble ! a appelé à "tendre la main aux électeurs pour rassembler le plus grand nombre" au second tour.

• Roxana Maracineanu : distancée mais qualifiée dans le Val-de-Marne

L'ex-ministre des Sports se qualifie pour le second tour dans la 7e circonscription du Val-de-Marne (23,77%) où elle a été parachutée par le parti d'Emmanuel Macron. Elle se place derrière la gouvernante d'hôtel Rachel Keke (37,22%), figure de la lutte des femmes de chambre et candidate de la Nupes, dans cette circonscription plutôt populaire où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle.

Barbara Pompili : au coude-à-coude avec la Nupes dans la Somme

L'ancienne ministre de la Transition écologique et députée sortante Barbara Pompili est arrivée deuxième dans la 2e circonscription de la Somme (29,84%) des voix, au coude-à-coude avec la candidate de la Nupes Zahia Hamdane (29,98%).

• Emmanuelle Wargon : battue dans le Val-de-Marne

L'ex-ministre du logement Emmanuelle Wargon a échoué à se qualifier dans la 8e circonscription du Val-de-Marne où elle est arrivée troisième (18,93%), derrière le candidat LR Michel Herbillon (37,48%) et le candidat de la Nupes, l'"insoumis" Erik Pagès, qui se présentait pour la première fois (28,16%).

Eric Woerth : juste devant le RN dans l'Oise

L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, élu de la 4e circonscription depuis 2002, obtient 27% des voix. Cette grosse prise de la Macronie affrontera au second tour la RN Audrey Havez, conseillère régionale des Hauts-de-France, qu'il ne devance que de justesse (24,15%) Le RN s'est qualifié au second tour dans six des sept circonscriptions de l'Oise, y compris dans celle de l'ex-LR rallié à la majorité présidentielle, la seule de l'Oise à avoir placé Emmanuel Macron en tête aux deux tours de la présidentielle.

Au sein de la Nupes

• Clémentine Autain : favorite en Seine-Saint-Denis

Dans la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis, la députée "insoumise" investie par la Nupes Clémentine Autain récolte 46,15% des voix et part très largement favorite pour le second tour face à la candidate divers gauche Virginie de Carvalho (15,18%). Ce score élevé n'est pas une surprise, dans cette circonscription où Jean-Luc Mélenchon a obtenu près d'une voix sur deux au premier tour de la présidentielle 2022.

• Manuel Bompard : proche de la victoire à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône

La gauche ne pouvait pas perdre dans cette circonscription hautement symbolique. Avec 56,04% des voix à Marseille (4e circonscription des Bouches-du-Rhône) l'Insoumis Manuel Bompard, arrive largement en tête du premier tour et fait même mieux que Jean-Luc Mélenchon (34,31 % en 2017). Une ombre au tableau vient tout de même ternir cette victoire : seuls 38,11 % des électeurs se sont rendus aux urnes. Or, pour être élu au premier tour, un candidat doit recueillir plus de 50 % des suffrages exprimés, représentant au minimum 25 % des inscrits.

  Alexis Corbière : élu dès le premier tour en Seine-Saint-Denis

Victoire écrasante pour  le député sortant (LFI) Alexis Corbière dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, élu dès le premier tour avec 62,94% des suffrages récoltés, très loin devant Marie-Laure Brossier, candidate Ensemble (15,99%).

• Olivier Faure : en bonne posture en Seine-et-Marne

Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, favori pour sa réélection, arrive largement en tête et remporte 46,9% des suffrages dans la 11e circonscription de Seine-et-Marne. Seul député socialiste du département, le patron du PS affrontera Charlyne Péculier, la plus jeune candidate de la majorité (24 ans), qui totalise 22,03% des voix. 

 Adrien Quatennens : en pole position pour l'emporter dans le Nord

Dans la première circonscription du Nord, Adrien Quatennens, figure montante de La France insoumise, arrive très largement en tête (52,05%). Malgré son score supérieur à 50%, il ne recueille que 23,36% des suffrages des inscrits. Or il faut recevoir au moins 25% des voix des inscrits pour être élu au second tour. Dès lors il affrontera la candidate de la majorité présidentielle Vanessa Duhamel (21,07%) au second tour

Fabien Roussel : qualifié dans le Nord

Le chef de file du Parti communiste se qualifie pour le second tour dans la 20e circonscription du Nord. Le patron du PCF affrontera le candidat du Rassemblement national, Guillaume Florquin. Les scores sont très serrés : 34,13% pour le premier contre 32,64% pour le second. 

• François Ruffin : en bonne posture dans la Somme

Député sortant de la 1re circonscription de la Somme, l''insoumis" François Ruffin remporte son pari face au Rassemblement national en se qualifiant au second tour avec 40,09% des voix. Il affrontera la candidate du RN Nathalie Ribeiro-Billet (22,58%). En 2017, François Ruffin avait été élu au second tour avec près de 56% des suffrages.

• Sandrine Rousseau : largement en tête à Paris

Sandrine Rousseau arrive en tête dans la 9e circonscription de Paris avec 42,9% des voix. La candidate de la Nupes, finaliste de primaire écologiste, affrontera au second tour Buon Tan, député macroniste sortant réputé proche du régime de Pékin, qui obtient 26,77% des voix. En troisième position, on trouve le LR Jean-Baptiste Olivier (7,21%). A noter que la candidate du Mouvement pour la ruralité Sandrine Rousseau (une homonyme) plafonne à 1,88%.

Cédric Villani : en tête du premier tour dans l'Essonne 

Passé de LREM à la Nupes, le député sortant Cédric Villani arrive en tête dans la 5e circonscription de l’Essonne (38,20%) et affrontera au second tour le candidat de la majorité présidentielle Paul Midy (30,53%). Le mathématicien était l'une des figures les plus médiatiques parmi les nouveaux venus à l'Assemblée nationale, après l'élection d'Emmanuel Macron en 2017. Pendant son mandat, le médaillé Fields est progressivement passé d'En marche ! aux écologistes, jusqu'à soutenir Yannick Jadot à la présidentielle.

Chez Les Républicains

• Eric Ciotti : en bonne posture dans les Alpes-Maritimes

Député et finaliste de la primaire LR, Eric Ciotti est arrivé en tête dans la première circonscription des Alpes-Maritimes, avec 31,70% des voix. Il devance ainsi Graig Monetti, candidat d'Ensemble !, qui a recueilli 25,92% des suffrages exprimés. A noter que son accession au second tour a été facilitée par le fait que Reconquête !, le parti d’Eric Zemmour, n’a pas présenté de candidats face à lui.

• Philippe Juvin : devancé dans la 3e circonscription des Hauts-de-Seine

Le chef des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou et maire LR de la Garenne-Colombes est devancé par la majorité présidentielle (Aurélie Taquillain) dans la 3e circonscription des Hauts-de-Seine. La candidate totalise 32,40% des suffrages, contre 31,14% pour Philippe Juvin qui se retrouve en ballotage avec une troisième candidate : Sara Tih (Nupes), qui obtient 23,10% des voix.

Aurélien Pradié : bien placé dans le Lot

Le numéro 3 des Républicains, Aurélien Pradié, est bien placé pour conserver son siège à l'Assemblée nationale dans le Lot. Dans la 1re circonscription, le député sortant de 36 ans a totalisé 45,46% des voix. Il affrontera au second tour la candidate "Insoumise" de la Nupes Elsa Bougeard (22,26%). Rémi Branco, un ancien socialiste soutenu par la présidente PS de la région Occitanie, Carole Delga, est éliminé dès le premier tour (16,72%). Aucun candidat LREM ne se présentait dans cette circonscription.

A l'extrême droite

Sébastien Chenu (RN) : largement en tête dans le Nord

Candidat à sa réélection dans la 19e circonscription du Nord après deux défaites aux municipales et aux régionales, Sébastien Chenu remporte la course, de loin, avec 44,36% des voix. Il affrontera le communiste Patrick Soloch (Nupes) qui se classe deuxième, avec 25,63% des voix. 

Marine Le Pen (RN) : bien placée pour être réélue dans le Pas-de-Calais

Dans sa 11e circonscription du Pas-de-Calais, seule la trop faible participation (42,6%) empêche Marine Le Pen d'être réélue dès le premier tour. La députée sortante totalise plus de la moitié des voix (53,96%). Il faisait peu de doutes que l'ex-candidate du Rassemblement national à la présidentielle arriverait en tête de ce premier tour. Elle affrontera dimanche prochain Marine Tondelier, candidate EELV de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), arrivée en deuxième position avec 23,43 % des suffrages.

Julien Odoul (RN) : en tête dans l'Yonne

Dans la 3e circonscription de l'Yonne, le très médiatique Julien Odoul, élu régional et porte-parole national du RN, obtient 35,17% des voix et devance nettement la députée sortante Michèle Crouzet (21,52%), investie par la majorité présidentielle. Comme en 2017, tous les deux s'affronteront en duel dimanche prochain mais le rapport de forces s'est inversé au premier tour et le match s'annonce plus serré au second. L'élue macroniste l'avait emporté avec 56% des voix il y a cinq ans.

Guillaume Peltier (Reconquête !) : pas réélu dans le Loir-et-Cher

Dans la conservatrice 2e circonscription du Loir-et-Cher, le député sortant Guillaume Peltier n'a pas su rassembler sous ses nouvelles couleurs. Elu en 2017 sous la bannière LR, il se représentait cette fois en portant l'étendard de Reconquête !, le parti d'Eric Zemmour dont il est vice-président. L'ancien numéro 2 de LR n'est arrivé qu'en cinquième position (13,99%), loin derrière l'autre candidat de l'extrême droite, Roger Chudeau. Le candidat RN vire en tête de la circonscription de Sologne, avec 24,04% des voix.

Florian Philippot (Les Patriotes) : largement battu en Moselle

Le président et fondateur du parti Patriotes Florian Philippot n'arrive qu'en sixième position dans la 6e circonscription de la Moselle, avec 4,62% des voix. Kévin Pfeffer (RN) y arrive en tête avec 30,58% devant Christophe Arend (Ensemble !) à 22,13% et Jonathan Outomuro (Nupes) à 17,32%. Devant le souverainiste et ex-RN, on trouve aussi Marc Friedrich (LR) avec 9,78% des voix et Eric Diligent (Reconquête !) avec 4,69% des suffrages exprimés. 

• Damien Rieu (Reconquête !) : nettement battu dans les Alpes-Maritimes

Il était l'une des têtes d'affiche du parti Reconquête ! mais Damien Rieu n'a pas passé pas le premier tour. Candidat dans la 4e circonscription des Alpes-Maritimes, cet ancien militant identitaire totalise 10,66% des voix et se place en cinquième position, éclipsé par la candidate du Rassemblement national, Alexandra Masson, qui arrive en tête avec 28,87% des voix.

Stanislas Rigault (Reconquête !) : battu dans le Vaucluse

La jeune figure de proue de Reconquête !, Stanislas Rigault, 23 ans, loupe le coche pour le second tour en arrivant 4e dans la 2e circonscription du Vaucluse, avec 10,54% des voix. Le président des Jeunes avec Zemmour arrive loin derrière la candidate du parti de Marine Le Pen, Bénédicte Auzanot, en tête avec 26,08% des suffrages, suivie par la candidate de la majorité présidentielle, Sylvie Viala, 23,07%.

Eric Zemmour (Reconquête !) : vaincu dans le Var

Eric Zemmour, président de Reconquête !, est éliminé au premier tour dans le Var. L'ex-candidat d'extrême droite à la présidentielle être arrivé troisième dans la 4e circonscription, avec 23,19% des suffrages exprimés derrière la député sortante LREM Sereine Mauborgne (28,51%) et le RN Philippe Lottiaux (24,74%). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité des Elections Législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.