Cet article date de plus d'un an.

Reportage "On ne va pas perdre notre temps" : à Marseille, les abstentionnistes du second tour des législatives étaient à la plage

Sans surprise, le second tour des législatives, quatrième scrutin en deux mois après la présidentielle, a été boudé par les Français. À Marseille où il faisait très beau dimanche, le taux d'abstention s’est élevé jusqu’à 62,84%.

Article rédigé par Olivier Martocq
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Plage des Catalans à Marseille (photo d'illustration). (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Les abstentionnistes on été de nouveau le premier parti de France, dimanche 19 juin, pour le second tour des législatives. Ainsi, le taux d'abstention atteint près de 53,79%, en hausse d'un point par rapport au premier tour (52,49%), mais inférieur au record de 2017 (57,36%).  Et particulièrement à Marseille, où le taux d’abstention s’est élevé entre 54 et 62%, selon les circonscriptions. Il faut dire que la plage des Catalans, à l'entrée du Vieux port, était bondée dimanche, comme a pu le constater franceinfo.

>> Résultats du second tour des législatives : suivez notre direct.

Et les abstentionnistes étaient particulièrement nombreux et revendiqués parmi les jeunes. "Sur les réseaux sociaux, que ce soit TikTok ou Instagram, on nous a motivés à voter et ça n'a rien changé au final, on est toujours restés sur le même président, sur les mêmes problèmes, explique une jeune fille qui ajoute fataliste : Si nos votes ne servent à rien, on ne va pas perdre mon temps." "C'était pour qui qu'on devait voter ? Mélenchon ou Marine !", s'exclame son voisin de serviette, lui aussi désabusé.

"J’ai oublié"

À côté de ces jeunes, deux mères de famille. Elles ne sont pas allées voter, mais affichent une certaine gêne. "Pourquoi ? Parce qu'en fait, je me suis très mal organisée dans ma journée et que j'ai laissé place à mes autres occupations. J'ai oublié", confie l'une d'elle, un peu honteuse. Et quand on lui fait remarquer qu'il est encore temps, que les bureaux ne ferment qu'à 20 heures, elle poursuit en riant : "J'ai d'autres occupations après qui font que je ne pourrais pas y aller. Mais ça me chagrine beaucoup parce que je comptais vraiment y aller. Mon comportement me dégoûte profondément."

Interrogée à son tour, sa voisine explique : "Je ne suis pas dans ma ville et en fait, j'ai oublié qu'il y avait ce deuxième tour-là. Je crois que c'était le week end prochain. Donc voilà." Ces deux abstentionnistes avouaient quand même éprouver aussi "un peu de honte" par rapport aux 3 000 personnes qui ont tenu toute la journée les 481 bureaux de vote de la ville, dans des salles de classe surchauffées.

À Marseille, les abstentionnistes étaient à la plage - Reportage d'Olivier Martocq

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.