Législatives 2024 : Emmanuel Macron renvoie dos à dos "des extrêmes qu'on ne peut pas laisser passer"

Le président de la République a une nouvelle fois justifié sa décision de dissoudre l'Assemblée, lors d'une réception organisée vendredi à l'Elysée pour la Fête de la musique.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Emmanuel Macron s'exprime dans la cour de l'Elysée, le 21 juin 2024, lors d'un concert organisé pour la Fête de la musique. (BERTRAND GUAY / AFP)

Emmanuel Macron a renvoyé dos à dos ses adversaires politiques lors d'un événement organisé pour la Fête de la musique, vendredi 21 juin, à l'Elysée. "Contrairement à ce qu'ils disent, l'un n'est pas le rempart de l'autre", a déclaré le président de la République, visant d'une part le Rassemblement national, sorti victorieux des élections européennes du 9 juin, et d'autre part le Nouveau Front populaire, l'alliance des partis de gauche formée pour les législatives. "Ils votent ensemble les motions de censure !", a accusé Emmanuel Macron.

"Il y a des extrêmes qu'on ne peut pas laisser passer", a-t-il martelé le chef de l'Etat, sous les applaudissements, avant de défendre une nouvelle fois sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale. "Le 9 juin dernier, j'ai pris une décision très grave, très lourde et je peux vous dire qui m'a beaucoup coûté. Non, non, non, il ne faut pas avoir très peur !", a continué le président de la République.

"C'est maintenant qu'il faut être responsable"

Le public avait pris place dans la cour d'honneur de l'Elysée pour écouter la pianiste canado-ukrainienne Anastasia Rizikov, le chanteur Gilbert Montagné et les DJ Ofenbach et Agoria.

"Je vous le dis en responsabilité, on ne peut pas l'air de rien les laisser monter en se disant : 'C'est très grave et ça va arriver'. C'est maintenant qu'il faut être responsable", a-t-il poursuivi. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.