Législatives 2024 : Dominique Strauss-Kahn appelle à "éliminer le candidat d'extrême droite", quitte à voter LFI "en se bouchant le nez"

L'ex-ministre socialiste et ancien directeur du FMI s'exprime dans une tribune publiée mardi par le magazine "Challenges".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien ministre de l'Economie et ex-patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, à Paris, le 6 septembre 2018. (JOEL SAGET / AFP)

"Il faut savoir choisir son meilleur ennemi." L'ex-ministre socialiste et ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, retiré de la vie politique depuis l'affaire du Sofitel de New York, a appelé mardi 25 juin à "éliminer le candidat d'extrême droite" au second tour des législatives le 7 juillet, quitte à voter LFI "en se bouchant le nez". Dans une tribune publiée par le magazine Challenges, l'ex-baron socialiste se désole de voir le choix réduit à "une coalition hétéroclite" de gauche "comprenant de vrais démocrates et de vrais totalitaires", ou "une coalition homogène de vrais totalitaires, tous détestables" à droite, le centre étant à ses yeux "incapable de trouver une majorité dans le pays".

Faute de pouvoir départager le Nouveau Front populaire et le Rassemblement national sur leurs programmes "très peu crédibles" et "dont il n'y a rien de bon à attendre", celui qui faisait figure de favori de la présidentielle 2012 avant d'être emporté par une accusation d'agression sexuelle en mai 2011 désigne toutefois, "sans hésitation", l'extrême droite comme son "meilleur ennemi", car elle "met en cause de façon principielle les fondements mêmes de la République".

Si dimanche "au premier tour, chacun trouvera parmi les candidats celui qui lui convient le mieux", le 7 juillet "au second tour (...) les démocrates sauront sans hésiter comment voter : éliminer le candidat d'extrême droite", insiste Dominique Strauss-Kahn. Même "en cas de duel entre un candidat RN et un candidat LFI (...) il ne faudra pas hésiter non plus", ajoute-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.