Cet article date de plus de deux ans.

Législatives 2022 : Christophe Castaner admet une "atonie générale" sur la campagne, mais "ce n'est pas une surprise"

Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale a également plaidé pour de "nouvelles formes de débats citoyens", justifiant ainsi la création d'un Conseil National de refondation, comme l'a annoncé Emmanuel Macron.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, était l'invité de "Questions Politiques" sur Franceinfo et France Inter. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, a admis ce dimanche sur France Inter et franceinfo dans Questions Politiques une "atonie générale" à une semaine du 1er tour des élections législatives, mais "ce n'est pas une surprise", selon lui.

>> Elections législatives 2022 : suivez l'actualité du scrutin en direct

"ll y a une atonie générale sur la campagne qui n'est pas une surprise parce qu'en réalité, les élections législatives qui suivent l'élection présidentielle, c'est toujours un moment un peu de faux plat sur le terrain", a-t-il expliqué.

Christophe Castaner, l'indifférence des Français présumée s'explique parfaitement : "On attend, en fait, généralement les premiers pas du nouveau gouvernement, voire du nouveau président. L'atonie sur le terrain pour les élections législatives est assez classique et la baisse de participation est assez classique", assure-t-il.

"De nouvelles formes de débats citoyens sont essentielles"

Le désengagement des électeurs à la vie politique inquiète le député de la majorité présidentielle : "On a un vrai problème sur ce sujet-là. C'est pour ça que les nouvelles formes de débats citoyens sont essentielles. La proposition du président de la République du 'Conseil National de refondation', c'est de dire qu’on ne peut pas continuer comme cela", dit-il.

Le président de la République a annoncé samedi dans la presse régionale la création d'un "Conseil National de refondation" après les législatives, composée notamment d'élus et de citoyens tirés au sort. Ils plancheront sur les grandes réformes du quinquennat.

Les députés candidats ont-ils été enjoints par Emmanuel Macron de dynamiser la campagne ? Christophe Castaner dément : "Je vais vous dire la réalité, c'est que Emmanuel Macron met sur ses troupes une pression permanente parce que nous sommes là pour agir, pour travailler", a-t-il affirmé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.