Législatives 2024 : "Les extrêmes et leurs alliés rivalisent de promesses irréalistes et dangereuses", estime Élisabeth Borne

"Quand vous promettez du rêve, ça se termine toujours en cauchemar", affirme l'ancienne Première ministre, candidate aux législatives dans le Calvados. Seon elle, ses adversaires, à gauche comme à droite, "promettent la lune".
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Normandie
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'ancienne Première ministre, Élisabeth Borne, le 31 mai 2024. (MIKAEL ANISSET / MAXPPP)

"À gauche comme à droite, vous avez les extrêmes et leurs alliés qui rivalisent de promesses totalement irréalistes et dangereuses", estime mardi 18 juin sur France Bleu Normandie l'ancienne Première ministre Élisabeth Borne, candidate à sa réélection sur la 6e circonscription du Calvados pour la majorité présidentielle.

La députée sortante du Calvados reconnaît qu'il y a "de l’impatience chez nos concitoyens pour qu’il y ait des résultats sur le pouvoir d’achat, la sécurité, le service public, l’accès aux soins" et elle estime qu'elle a "agi et il faut certainement accélérer", "apporter des réponses concrètes dans nos territoires". Mais pour elle, ses adversaires "promettent la lune".

Ils "mentent aux Français"

"Sur le pouvoir d’achat : qui peut croire qu’on peut augmenter de 10% comme le propose le RN tous les salaires, ou qu’on peut augmenter de 200 euros le Smic ? Ceux qui promettent 10% d’augmentation des salaires, 200 euros de plus pour le Smic, la retraite à 60 ans, c’est-à-dire le Rassemblement national et ce pseudo Nouveau Front populaire, mentent aux Français", tacle Élisabeth Borne.

Les programmes sont, selon elle, "irréalistes" et vont augmenter le chômage. "Si on va demander à nos artisans, à nos commerçants, à nos petites entreprises si elles peuvent assumer ces hausses de salaires, a réponse est non. Donc ça serait de la destruction d’emplois, du chômage en plus et in fine des impôts en plus".

En cas de défaite de la majorité présidentielle, Élisabeth Borne refuse de se prononcer à l'avance. "Je ne me place pas du tout dans cette perspective. Entre les deux blocs qui promettent la lune, quand vous promettez du rêve, ça se termine toujours en cauchemar et les premières victimes, ce sont les personnes modestes et les classes moyennes", estime-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.