Européennes : Nathalie Loiseau évoque un "blitzkrieg positif" pour relancer sa campagne

Alors que sa campagne connaît quelques turbulences, la tête de liste de la majorité présidentielle a repris à son compte cette formule, à l'issue d'une visite au Mémorial de Caen.

La tête de liste La République en marche, Nathalie Loiseau, le 6 mai 2019 à Caen (Calvados).
La tête de liste La République en marche, Nathalie Loiseau, le 6 mai 2019 à Caen (Calvados). (DAMIEN MEYER / AFP)

Nouvelle polémique pour Nathalie Loiseau. Après sa visite au Mémorial de Caen (Calvados), lundi 6 mai, la tête de liste de La République en marche pour les élections européennes a évoqué "un blitzkrieg positif" pour relancer sa campagne mouvementée, selon des propos rapportés par L'Obs.

A la sortie de la visite, le journaliste de L'Obs a interrogé la candidate, lui demandant s'il lui fallait une "blitzkrieg" – en référence à la guerre éclair orchestrée par l'Allemagne nazie au début de la Seconde Guerre mondiale – pour s'assurer d'arriver en tête le 26 mai au soir. La candidate, au coude-à-coude dans les sondages avec Jordan Bardella, le champion de Marine Le Pen, à moins de trois semaines du scrutin, lui a alors répondu qu'il lui fallait un "blitzkrieg positif". "Car nous sommes là pour proposer et non pour bombarder", a-t-elle argué, citée par l'hebdomadaire.

Une déclaration critiquée

Une analyse reprise par Sébastien Lecornu, présent à ses côtés : "Les européennes sont traditionnellement une campagne courte. Il faut savoir décoller dans la dernière ligne droite".

L'utilisation du mot "blitzkrieg" n'a pas tardé à faire réagir les adversaires de Nathalie Loiseau. Sur Twitter, Ian Brossat, tête de liste du Parti communiste, a mis en avant une vidéo de Daniel Cohn-Bendit, où ce soutien d'Emmanuel Macron dit tout le mal qu'il pense de l'utilisation du mot "Blitzkrieg".

A droite, sa sortie a été critiquée par Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France.