Européennes : l'extrême droite en mauvaise position aux Pays-Bas

C'est l'un des principaux alliés de Marine Le Pen et certains sondages le donnaient favori. Mais le Parti pour la liberté arrive pourtant en quatrième position, selon un sondage. 

Geert Wilders, à la sortie d\'un bureau de vote à La Haye (Pays-Bas), le 22 mai 2014. 
Geert Wilders, à la sortie d'un bureau de vote à La Haye (Pays-Bas), le 22 mai 2014.  (BAS CZERWINSKI / ANP MAG / AFP)

C'est l'un des principaux alliés de Marine Le Pen et certains sondages le donnaient favori. Le parti anti-islam PVV (Parti pour la liberté) de l'eurosceptique Geert Wilders  a essuyé un revers inattendu jeudi 22 mai lors des élections européennes qui se sont tenues aux Pays-Bas. Un sondage le classe en quatrième place seulement derrière trois formations pro-européennes. Le PVV est crédité de 12,2% des voix selon les résultats définitifs du sondage, ce qui lui donnerait trois sièges, contre cinq jusqu'à présent, sur les 26 dont disposent les Pays-Bas au Parlement européen.

Les démocrates-chrétiens de la CDA et les sociaux-libéraux de Démocrates66 (D66) se disputent la première place avec environ 15% des voix et chacun d'eux devrait disposer de quatre sièges au PE, selon l'enquête réalisée par l'institut Ipsos auprès de 40 000 électeurs pour la télévision publique. Le Parti libéral du Premier ministre Mark Rutte est donné en légère progression avec 12,3% des voix, ce qui lui permettrait de conserver ses trois sièges de députés. 

Une alliance des eurosceptiques

Le PVV de Geert Wilders a annoncé pendant la campagne son intention de nouer des alliances avec d'autres partis d'extrême droite au Parlement européen, dont le Front national. Opposé à l'immigration, notamment en provenance des pays musulmans, le PVV avait perdu du terrain dans les sondages après l'appel lancé par son chef de file en faveur de "moins de Marocains" aux Pays-Bas, une déclaration jugée raciste par nombre d'observateurs. Il avait auparavant culminé à 23% d'intentions de vote.

La participation au scrutin de jeudi a été aussi faible que lors du précédent, en 2009, à 37% seulement.

Les Pays-Bas et la Royaume-Uni ont été, jeudi, les deux premiers pays de l'Union à voter pour élire leurs députés européens. Comme ceux de la plupart des autres pays, les électeurs français sont appelés aux urnes dimanche.