Cet article date de plus de huit ans.

Coup d'envoi des européennes au Royaume-Uni et aux Pays-Bas

Les deux pays ont donné le top départ du scrutin européen. Etalé sur quatre jours dans les 28 pays de l'UE, il se terminera dimanche à 23 heures.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre britannique, David Cameron, et son épouse se rendent aux urnes pour les élections locales et européennes, le 22 mai 2014 à Londres (Royaume-Uni).  (LEON NEAL / AFP)

Les élections européennes, c'est parti ! Les Britanniques et les Néerlandais ont commencé, jeudi 22 mai, à voter, donnant le coup d'envoi du scrutin. Les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont les deux premiers pays de l'Union européenne à se rendre aux urnes.

Les bureaux de vote ont ouvert respectivement à 7h30 et 8 heures (heure française). Appelés à choisir leurs 73 députés européens, les Britanniques votent également jeudi pour des scrutins locaux.

Les sondages prévoient une forte abstention

Etalées sur quatre jours dans les 28 pays de l'Union européenne, ces élections, destinées à désigner pour cinq ans les 751 députés du Parlement européen, pourraient voir les partis eurosceptiques réaliser des scores historiques dans plusieurs pays-clés. Elles s'annoncent aussi marquées par la montée des partis europhobes et populistes, ainsi que par une forte abstention.

Les résultats officiels seront connus en même temps dans tous les pays membres, après la fermeture des bureaux de vote italiens, dimanche à 23 heures (en France). Des sondages "sortie des urnes" seront publiés aux Pays-Bas dès jeudi soir.

Vers une montée des eurosceptiques ? 

Aux Pays-Bas, le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders, député anti-islam et eurosceptique, fait la course en tête dans les sondages. Face aux libéraux du Premier ministre, Mark Rutte, et des centristes de D66, le parti qui veut détruire de l'intérieur "le monstre de Bruxelles" doit cependant mobiliser les électeurs. Le scrutin est loin de déchaîner les passions dans un pays qui n'envoie que 26 élus au Parlement européen.

Côté britannique, Ukip, le parti anti-immigration et europhobe emmené par Nigel Farage, est donné en vainqueur par les derniers sondages, devant l'opposition travailliste. Les conservateurs au pouvoir seraient relégués en troisième position. Ukip détient actuellement neuf sièges au Parlement, mais pourrait en gagner plus d'une dizaine.

Nigel Farage, qui s'efforce à démentir les accusations de racisme portées à l'encontre de son parti, a exclu de faire alliance au sein d'un groupe parlementaire avec le Front national de Marine Le Pen, un parti qu'il qualifie d'"antisémite". Une différence de taille avec le PVV néerlandais, qui s'est, lui, allié au FN.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections Européennes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.