Élections européennes : vers des listes nationales

Les députés ont examiné ce mardi 13 février le projet de loi qui doit permettre d'abandonner le découpage du territoire en huit régions pour les élections européennes de l'an prochain. Il n'y aurait donc qu'une seule liste nationale et un seul leader pour chaque parti, une reforme qui contente tout le monde sauf Les Républicains.

Voir la vidéo

Le débat revient tous les cinq ans : comment élire les députés au Parlement européen ? Depuis 2014, la France est découpée en huit circonscriptions européennes. Chaque parti présente donc huit listes, une dans chaque grande région. En 2019, terminé : on revient à une liste nationale. Emmanuel Macron aurait souhaité des listes transnationales, où l'on mélangerait les nationalités, mais le Parlement européen vient de rejeter cette idée. En revanche, la France passera de 74 à 79 députés à Strasbourg, les sièges des députés britanniques étant redéployés.

Emmanuel Macron à la tête des pro-européens ?

Alors, une liste nationale, pour quoi faire ? Presque tous les partis ont soutenu cette réforme, à une exception notable : Les Républicains. Une liste unique accentuerait leurs divisions sur l'Europe. À droite, on balaye cette accusation d'un revers de main. Tout ceci aurait pour but de favoriser le parti présidentiel. Une élection européenne 2019 pour laquelle ni Laurent Wauquiez, ni Jean-Luc Mélénchon, ni Marine Le Pen ne conduiront de liste. Ce scrutin marquera l'ultime étape de la recomposition politique actuelle : Emmanuel Macron espère fédérer autour de lui tous les pro-Européens, de Daniel Cohen-Bendit à Alain Juppé.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'hémicycle du Parlement européen de Strasbourg, le 15 novembre 2017.
L'hémicycle du Parlement européen de Strasbourg, le 15 novembre 2017. (FREDERICK FLORIN / AFP)