Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Les vélos-taxis débarquent à Paris

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le nombre de vélos-taxis a doublé en un an à Paris. Véhicule écologique, il séduit notamment les touristes. Une enquête de France 2.

Encore invisibles voilà quelques mois, les vélos-taxis s'invitent désormais sur les artères parisiennes. Et malgré le froid, ils sont nombreux à payer les 30 euros, pour s'offrir la balade en cette période de fêtes. "Juste le vélo c'est 200 kilos. Plus moi, plus les clients, calculez. C'est un travail dur", lance un vélo-taxi. À Paris, le vélo-taxi pour les touristes est devenu un véritable business. L'une des premières entreprises à l'avoir compris a doublé son parc de tricycles en un an. L'entreprise loue ses triporteurs. Un jeune homme venu louer le sien 120 euros pour une semaine de location confie le secret de ce triporteur fabriqué en Alsace : "À chaque fois qu'on donne un petit coup de pédale, on a une petite aide grâce au moteur. Ça permet de réduire quand même l'effort".

Une concurrence rude

Le vélo-taxi est devenu la première activité de Kevin, auto-entrepreneur. "C'est amusant, ça permet de bien voir la ville, mieux que dans un taxi", déclare un touriste. Le voyage coûte 50 euros de l'heure pour deux personnes. Pour que l'activité soit rentable, Kevin doit travailler au moins huit heures par jour. Le salaire est irrégulier, mais l'activité a séduit environ 500 personnes en France, à Paris, Lille, Marseille, Bordeaux, Toulouse et Lyon.

L'un des plus vieux vélo-taxi de Paris est implanté depuis 2010. Il n'avait qu'une dizaine de concurrents en 2010 contre 300 cette année. "Ça commence à me dégouter", déclare-t-il, un peu blasé. L'activité est encadrée et doit répondre à des règles, mais certaines zones restent encore floues. "On a du mal à exister, c'est vrai. Toutes les choses nouvelles mettent du temps à s'installer", reconnaît Kevin. Écologique et séduisant, le vélo-taxi peut tout de même se targuer d'avoir le vent en poupe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.