VIDEO. Les Chinois rachètent 49,99 % de l'aéroport Toulouse-Blagnac

Un consortium chinois a été choisi par l'État français pour racheter une part de l'aéroport de Toulouse, ce qui ne manque pas de susciter la polémique.

L'aéroport de Toulouse-Blagnac n'est plus à vendre. L'État revend la quasi-totalité de ses parts à un consortium chinois, qui détiendra alors 49,99% du capital. L'Etat et les collectivités conservent le reste. Avec 308 millions d'euros, l'offre chinoise était plus élevée que les deux offres françaises de Vinci et d'Aéroports de Paris.

Un aéroport rentable

Certains Toulousains s'inquiètent de l'annonce de rachat, assurant au micro de France 2 que les Chinois "sont des gens extrêmement durs" dans les affaires.
Le président du Conseil économique et social des Midi-Pyrénées s'étonne quant à lui de voir l'État revendre l'un des aéroports les plus rentables. "Cet aéroport rapporte des devises à l'État, qui cherche des recettes supplémentaires", explique Jean-Louis Chauzy. Pour être sélectionnés, les Chinois ont fait valoir leur expertise et promis d'augmenter le trafic de l'aéroport, ce qui pourrait créer de l'emploi. Une nouvelle qui réjouit le maire de Toulouse Jean-LucMoudenc.
Le JT
Les autres sujets du JT
Un avion Air France à l\'aeroport Toulouse-Blagnac, le 29 septembre 2014.
Un avion Air France à l'aeroport Toulouse-Blagnac, le 29 septembre 2014. (PASCAL PAVANI / AFP)