VIDEO. L'État doit-il racheter les concessions d'autoroute ?

La question revient perpétuellement dans le débat. Manuel Valls fait planer le doute en prônant une remise à plat des relations avec l'État. Il n'exclut pas une rupture des contrats.

Une photographie illustrant les retours de vacances sur l\'autoroute A7 près de Lyon (Rhône), le 16 août 2014.
Une photographie illustrant les retours de vacances sur l'autoroute A7 près de Lyon (Rhône), le 16 août 2014. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)
Depuis leur privatisation en 2006, les péages sont de plus en plus chers. Les concessions d'autoroutes augmentent leurs tarifs tous les ans. Face à cette envolée, la question de la renationalisation se pose du côté des automobilistes. "Je fais le trajet Paris-Lyon régulièrement pour aller travailler et je ne pense pas que ce soit normal que le tarif qu'on paye pour ce trajet soit majoré", déclare un automobiliste. Chaque année, les entreprises font de gros bénéfices : 1,8 milliard en 2013.

Vers une résiliation des contrats ?

Résilier ces contrats coûterait 39 milliards d'euros à l'État selon le calcul d'un expert pour qui l'opération serait rentable. Gildas de Muizon, directeur de Microeconomix déclare : "Concrètement, l'État rachète 39 milliards pour bénéficier des recettes d'un actif qui génère beaucoup de recettes par an".
 
Actuellement, un groupe de 152 députés propose de résilier les contrats sans forcément nationaliser les concessions. Christophe Caresche, député PS de Paris explique : " ce que l'on souhaite dans cette affaire c'est revoir les conditions dans lesquelles la privatisation a été faite. elles ne sont pas satisfaisantes (...)". Le bras de fer se poursuit. Pour résilier ces contrats, l'État doit agir avant le 31 décembre 2014.