Automobile : l'UFC-Que Choisir accuse les constructeurs d'avoir "fermé les yeux" sur les pannes provoquées par le système AdBlue

L'association annonce avoir saisi la répression des fraudes à propos des défaillances dues à ce dispositif utilisé pour réduire les émissions nocives d'oxyde d'azote par les pots d'échappement des voitures à moteur diesel.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'AdBlue est un additif proposé pour les moteurs diesel et disponible en station-service, comme ici à Munich en Allemagne. (FRANK HOERMANN / SVEN SIMON / MAXPPP)

"Ces pannes liées au système d'AdBlue sont connues de longue date des constructeurs", déplore l'UFC-Que Choisir. L'association de défense des consommateurs reproche aux groupes automobiles d'avoir "préféré fermer les yeux" sur les pannes provoquées par le système antipollution AdBlue, afin de continuer à "vendre ces véhicules défaillants". En conséquence, l'association annonce, mercredi 12 juillet, saisir la Direction générale de la concurrence, de la consommation et la répression des fraudes (DGCCRF).

L'AdBlue est utilisé pour réduire les émissions nocives d'oxyde d'azote par les pots d'échappement des voitures à moteur diesel. L'UFC-Que Choisir a été alertée par plus de 1 700 conducteurs ayant subi des pannes. Ces derniers ont reçu des alertes sur leurs tableaux de bords, les obligeant à se rendre chez un garagiste. Mais la réparation, coûteuse (1 000 euros en moyenne), "n'est pas toujours concluante", ajoute l'association.

L'UFC-Que Choisir appelle donc au lancement d'une enquête "à l'échelle européenne" sur les pratiques des constructeurs autour du système AdBlue et souhaite que les conducteurs soient indemnisés par les constructeurs. La Commission européenne a déjà été alertée sur ce sujet par l'association de défense des consommateurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.