Saint-Ouen : des quartiers rongés par le deal

À Saint-Ouen, en Seine-Saint Denis, la drogue empoisonne le quotidien des habitants. Les trafics se déroulent parfois au pied de leur immeuble. 

France 3

Depuis plusieurs années, les cités de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) sont rongées par le trafic de drogue. Le lundi 14 septembre, deux jeunes de 25 et 17 ans ont été tués par balles dans la cité Soubise, l'un des principaux points de deal de la ville. "J'ai vécu dans une cité, ma mère vit dans une cité, [...] et elle veut déménager", commente une femme durant une marche contestataire. 

Des habitants exténués

L'omniprésence des dealers est inacceptable pour l'ancienne maire de la commune, Jacqueline Rouillon. "Il y a eu des policiers deux jours [après le drame, NDLR], puis il n'y a rien", dit-elle aux caméras de France Télévisions. Près d'une dizaine de points de deal sont identifiés dans la ville ; certains affichent un chiffre d'affaires de plus de 10 000 euros chaque jour. Les trafics ont lieu dans les bâtiments, où les dealers occupent les escaliers. Les prix sont affichés parfois directement sur les murs. "Le chez-soi doit être l'endroit le mieux quand on rentre du boulot, mais c'est le contraire", témoigne un résident. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Contrôle de police à Saint-Ouen par la compagnie de sécurisation et d\'intervention de Seine-Saint-Denis (CSI-93), le 2 avril 2020.
Contrôle de police à Saint-Ouen par la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis (CSI-93), le 2 avril 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)