Grève à la RATP : pourquoi ça coince autant

En région parisienne, la circulation des métros, des bus et des RER de la RATP, est toujours difficile, au 31e jour de contestation de la réforme des retraites.

France 2

Alors que le trafic s'améliore progressivement à la SNCF, le métro parisien reste bloqué. À la RATP, certains syndicats se retrouvent débordés par leur base, généralement opposée de façon radicale à la réforme des retraites. "Ça ne nous conviendra pas tant qu'on n’aura pas le retrait total", déclare un militant de la CGT. Les agents ont pourtant obtenu quelques avancées. Par exemple, ils basculeront plus tard que le privé dans la réforme. Leurs primes, pour les nuits ou les jours fériés, seront aussi intégrées dans le calcul de leur retraite.

La fin du statut

Des mesures toujours insuffisantes. "On ne peut pas dire aux jeunes qui vont entrer dans notre entreprise, alors qu'on fait le même métier et que la pénibilité est pareille, que rien ne va changer, déplore un conducteur de bus mobilisé. On ne peut pas accepter que les choses ne s'améliorent pas". Dans les faits, la réforme des retraites impose la fin du statut spécial pour les employés de la RATP.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des voyageurs patientent sur le quai du métro lors de la 27e journée de grève contre la réforme des retraites, le 31 décembre 2019 à Paris.
Des voyageurs patientent sur le quai du métro lors de la 27e journée de grève contre la réforme des retraites, le 31 décembre 2019 à Paris. (MATHIEU MENARD / HANS LUCAS / AFP)