Nouvelles destinations, nouvelles rames... La SNCF présente la nouvelle offre Ouigo

La SNCF a annoncé vendredi vouloir renforcer Ouigo, son service commercial à bas coût. La compagnie ferroviaire propose de nouvelles destinations comme le Pays Basque et des trains rénovés avec des prises électriques et des crochets pour vélos, dès l'an prochain.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Train Ouigo entre Béziers et Narbonne le 11 juin 2024 (JEAN-MARC LALLEMAND / MAXPPP)

La SNCF a annoncé vendredi 14 juin un renforcement à venir de son offre à bas coût en proposant davantage de dessertes, davantage de rames et davantage de passagers espérés. La SNCF promet au total 75 gares desservies à terme en France au lieu de 60 aujourd'hui, avec un renforcement de l'offre vers l'Atlantique. Les Ouigo devraient ainsi représenter à terme 30% de l'offre totale à grande vitesse, contre 20% actuellement. La SNCF a pour objectif de desservir 75 gares contre 30 aujourd'hui et de passer de 38 à 50 rames.

De nouvelles destinations desservies 

Les villes du Pays basque seront accessibles en Ouigo en 2025 : Bayonne, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye. Bordeaux et Rennes, déjà desservies par des Ouigo, bénéficieront quant à elles d'un aller-retour quotidien supplémentaire.

"Dès janvier 2025 vont arriver au fur et à mesure des Ouigo nouvelle génération, qui ont été revus et mis au goût du jour en fonction des attentes de nos clients, déclare Jérôme Laffon, le directeur de Ouigo, avec un design qui reste rose et bleu, mais des fauteuils plus confortables, des prises individuelles, plus d'espaces bagages pour pouvoir voyager dans de bonnes conditions." 

Des rames rénovées 

Les nouvelles rames Ouigo offriront aux passagers des espaces pour les vélos, des prises électriques, des toilettes avec réutilisation de l'eau, et des espaces "relax".

Les objectifs de la SNCF d'ici 2027

  • Atteindre dix millions de voyageurs de plus 
  • Huit millions de place de plus par an

Le modèle de Ouigo repose évidemment sur des prix plus bas et donc une marge plus faible par passager pour la SNCF par rapport aux TGV Inoui. Les trains doivent être remplis au maximum autour de 85% de taux d'occupation pour atteindre le seuil de rentabilité, contre seulement 75% pour un TGV Inoui. Pour Alain Krakovicth, pas question de changer la politique tarifaire qui est l'essence même de Ouigo, garantit le directeur de l'activité TGV Intercités.

"On n'a pas augmenté nos prix en 2023, on n'a pas augmenté les prix en 2024, malgré l'inflation. On a toujours l'objectif de rester avec 50%  des prix en dessous de 30 euros."

Alain Krakovitch, le directeur de l'activité TGV Intercités

à franceinfo

Après le succès de la liaison Paris-Rennes lancée en avril dernier, le Ouigo Train Classique, l'offre la moins chère des Ouigo, des trains pas à grande vitesse, et dans d'anciennes rames Corail rénovées, devrait être étendue, à de nouvelles destinations.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.