Michel Neugnot : "Les Régions vivent une situation paradoxale"

Michel Neugnot est l'invité de Soir 3. Chargé des Transports à l'association des Régions de France, il revient sur les mesures-chocs du rapport Spinetta

Est-ce que les Régions sont prêtes à mettre la main à la poche pour sauver des lignes régionales ? Voilà l'une des nombreuses questions soulevées après la remise du rapport Spinetta au gouvernement ce jeudi. Pour Michel Neugnot, la réponse est claire : "Non !". Cet élu PS à la région Bourgogne-Franche-Comté, également chargé des Transports à l'association des Régions de France estime que les Régions ont déjà suffisamment participé à la modernisation des lignes de courtes distances. "C'est le paradoxe de la situation que nous vivons. C'est-à-dire qu'il y a plus de trains, plus de monde qui les fréquente, mais on reste dans un déséquilibre financier total".


Contre-propositions

"Pour 20% de passagers en plus dans les trains, cela nous en a coûté 40% de plus", explique-t-il. Avant d'estimer que les Régions arrivent "au bout de cette équation". De quoi engager un bras de fer avec la SNCF et l'État, si les recommandations du rapport Spinetta venaient à être mises en place ? "Nous avons décidé de faire des contre-propositions .[...] Il faut trouver un équilibre. Les Régions peuvent prendre leurs responsabilités, mais pas à n'importe quel prix."

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TER en gare d\'Avignon (Vaucluse), le 10 novembre 2004.
Un TER en gare d'Avignon (Vaucluse), le 10 novembre 2004. (MAXPPP)