La SNCF veut doubler le nombre de voyageurs en dix ans dans les trains

Son PDG, Jean-Pierre Farandou, veut miser sur "le volume" et ajoute que "le train ne doit pas perdre son caractère populaire", dans un entretien au JDD.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des voyageurs en gare de Montparnasse, le 19 mars 2021 à Paris. (JOAO LUIZ BULCAO / HANS LUCAS / AFP)

A lui de vous faire préférer le train. Le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, veut "doubler le nombre de voyageurs en dix ans dans les trains", explique-t-il dans un entretien au Journal du dimanche, dimanche 30 mai. Aujourd'hui, "seuls 10% des gens choisissent le train, alors que 85% prennent encore la voiture. Je veux que d'ici à dix ans, [la part de] la voiture diminue à 75% et [celle du] train atteigne 20%", déclare-t-il.

"Je veux du volume !" insiste-t-il, alors que la compagnie publique doit présenter mardi une nouvelle gamme tarifaire "plus simple, plus lisible et plus claire" avec "des prix modérés jusqu'aux derniers jours précédant le départ". Le patron de la SNCF ajoute que "le train ne doit pas perdre son caractère populaire".

Jean-Pierre Farandou envisage notamment "la création d'espaces différenciés à bord des trains", avec "plusieurs ambiances de voyage", et un effort sur les connexions permettant de se déplacer de porte à porte. L'enjeu du doublement de la part de marché du train, rappelle-t-il, est "commercial et écologique" car un TGV pollue 50 fois moins qu'une voiture et 80 fois moins qu'un avion. 

La SNCF, par ailleurs, "veut devenir le premier partenaire producteur d'énergies renouvelables de France", déclare le responsable. "Nous avons la chance d'avoir un vaste patrimoine foncier libre, soit des milliers d'hectares disponibles pour installer des panneaux solaires." Jean-Pierre Farandou évoque ainsi 50 projets "très concrets" d'ici 2025. "Nous souhaitons produire nous-même 20% de notre consommation dans cinq ans."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.