Jours de repos : la victoire des cheminots

La justice donne raison aux syndicats contre la direction de la SNCF : le TGI de Bobigny a condamné l'entreprise à payer les jours de repos des grévistes. La SNCF va faire appel de la décision.

France 2

C'est la fin d'un bras de fer judiciaire, remporté par les syndicats. Le tribunal de grande instance de Bobigny condamne la SNCF à payer les jours de repos des grévistes, entre deux périodes de mobilisation. Une bonne nouvelle pour ce cheminot, qui a déjà perdu plus de 1 000 euros depuis le début du conflit. La direction, qui lui avait décompté des jours de repos, va devoir lui verser environ 150 euros par mois. 

L'entreprise "appliquera le jugement du tribunal"

Dans sa décision, le tribunal donne raison aux syndicats, qui ont déposé 18 préavis de grève de deux jours. Il va donc à l'encontre de la SNCF, qui considérait ces différents épisodes comme un mouvement unique, une manière de ne pas payer certains jours de repos. L'entreprise a déclaré dans un communiqué qu'elle "appliquera le jugement du tribunal de grande instance et régularisera la situation des agents concernés", mais qu'elle compte faire appel. La CGT et Sud-Rail ont annoncé qu'ils allaient poursuivre la grève en juillet et en août. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux salariés de la SNCF manifestent devant la gare de l\'Est, le 14 mai 2018 à Paris.
Deux salariés de la SNCF manifestent devant la gare de l'Est, le 14 mai 2018 à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)