SNCF : vers une ouverture à la concurrence anticipée pour les TER ?

La réforme ferroviaire entame sa dernière ligne droite ; elle sera débattue demain, le mardi 29 mai, au Sénat. La proposition de l'ouverture à la concurrence programmée en 2023 pour les TER ne sera pas remise en cause. Certaines régions souhaitent même s'ouvrir au privé dès l'année prochaine. Le point sur le plateau de France 3, avec notre journaliste David Boéri.

France 3

La SNCF ne devrait s'ouvrir à la concurrence qu'en 2023. Pourtant, certaines régions, à l'instar de la région PACA, estiment que ce délai est trop long. "La région des Hauts-de-France a également l'intention d'ouvrir des appels d'offres au privé dès l'année prochaine, constate notre journaliste David Boéri sur le plateau de France 3. À l'inverse, trois régions resteront fidèles à la SNCF : la Bretagne, l'Occitanie et la Bourgogne- Franche-Comté. Elles ont fait le choix politique de ne pas faire jouer la concurrence. En réalité, seuls 10 à 15 % du marché ferroviaire sera concrètement ouvert à la concurrence à l'horizon 2023".

Ouvrir la concurrence pour relancer le trafic ferroviaire

Quel est l'intérêt, pour un conseil régional, de passer au privé ? "L'objectif est de faire baisser les coûts pour chaque train express régional, répond notre journaliste. Non pas pour faire des économies ou faire baisser le prix des billets, mais plutôt pour augmenter l'offre. Rajouter des trains, développer les liaisons, c'est précisément ce qui s'est passé en Allemagne : l'arrivée de la concurrence a permis de relancer le trafic ferroviaire".

Le JT
Les autres sujets du JT
La gare Saint-Charles à Marseille, un jour de grève des cheminots, le 23 mai 2018.
La gare Saint-Charles à Marseille, un jour de grève des cheminots, le 23 mai 2018. (GERARD BOTTINO / CROWDSPARK / AFP)