SNCF : la dette en questions

La ministre des Transports, Élisabeth Borne, doit recevoir les syndicats dans les jours à venir. Le gouvernement devrait alors annoncer ce qu'il compte faire de la dette de la SNCF, qui s'élève à 54 milliards d'euros. Qui en est responsable, et qui va la payer ?

France 2

L'État pourrait reprendre la dette colossale de la SNCF. Un fardeau : 54 milliards d'euros. D'où vient la dette ? D'abord, le maintien des petites lignes déficitaires : 25% de l'endettement. 25% également en raison du manque de productivité ; pour l'entretien du réseau, par exemple, la SNCF emploie plus de cheminots que son homologue allemand. Mais l'essentiel de la dette vient du tout TGV : des investissements démesurés, pas toujours rentables.

Quelle proportion de la dette l'État pourrait-il couvrir ?

Quel est le projet du gouvernement ? Voici la seule certitude : "Dans le quinquennat, l'État prendra sa part sur cette dette", annonçait Élisabeth Borne, mardi 3 avril. Mais aucune précision pour l'instant sur le montant repris l'État ; peut-être seulement une trentaine de milliards. Selon l'opposition, le gouvernement doit vite trancher. Quelles conséquences pour l'État s'il prenait à sa charge toute la dette de la SNCF ? L'endettement de la France se creuserait et passerait de 97% aujourd'hui à 100% de la richesse nationale. Selon l'économiste du CNRS Élie Cohen, il n'y a pas d'autre choix. Les négociations avec les syndicats sur la reprise de la dette pourraient être l'une des clés pour sortir de la crise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des passagers à la gare de Lyon, à Paris, le 2 avril 2018.
Des passagers à la gare de Lyon, à Paris, le 2 avril 2018. (YOAN VALAT / EPA)