SNCF : "Il faut restreindre le droit de grève dans les transports publics" selon Guillaume Larrivé

Guillaume Larrivé, député Les Républicains de l'Yonne, est l'invité des 4 Vérités.

France 2

Interrogé sur la visite américaine d'Emmanuel Macron, Guillaume Larrivé estime que derrière les images d'une belle entente affichée entre la France et les Etats-Unis se trouve "la réalité d'une panne stratégique". "J'observe que, pour l'heure, Emmanuel Macron n'a exercé aucune influence effective sur les choix du président Trump : la guerre commerciale sur l'acier, la volonté des Etats-Unis de s'opposer à toute évolution en faveur du climat...", déclare le député LR, qui ajoute que le président de la République a été "complètement dans la roue de Donald Trump" au sujet de la situation au Proche-Orient. Guillaume Larrivé en profite pour réitérer son opposition aux frappes menées en Syrie par la coalition américano-franco-britannique.

Un service minimum inscrit dans la Constitution ?

Concernant le conflit en cours à la SNCF, il rappelle qu'il n'a eu "aucune difficulté à voter pour la réforme" de la compagnie ferroviaire, que l'Assemblée a voté "oui" au texte de loi et que "ce n'est pas à la CGT de décider". "Cette grève complique la vie des usagers", estime Guillaume Larrivé, qui déclare que "cela peut nous interroger sur une éventuelle modification de la Constitution pour garantir un vrai service minimum". Selon lui, "il faut restreindre le droit de grève dans les transports publics" pour que les usagers soient moins pénalisés.

En charge du projet stratégique des Républicains, Guillaume Larrivé rappelle qu'un "corpus d'idées et de projets" est en train d'être reconstruit autour des 102 députés LR à l'Assemblée. "C'est nous qui allons tracer la ligne, non seulement de l'opposition, mais des propositions", explique-t-il, ajoutant que "ce que propose madame Le Pen, bien souvent, c'est soit de la brutalité, soit de l'inefficacité".

(PATRICK KOVARIK / AFP)